Procès pour inceste à Renens

15 mars 2018 09:57; Act: 15.03.2018 16:56 Print

La fratrie évoluait dans un cadre apocalyptique

Un quadragénaire vaudois à l'AI est poursuivi pour des relations incestueuses. Selon l'experte psy, il y a des risques de récidive.

storybild

L'affaire est jugée au Tribunal du Nord vaudois, qui siège à Renens.

Sur ce sujet
Une faute?

Un quadragénaire vaudois, père de huit enfants, est poursuivi pour plusieurs délits dont les plus graves sont des accusations de relations incestueuses. Son avocat avait demandé, à la fin de la journée d'audience de mardi, un examen de crédibilité de deux des enfants plaignants. La défense avait motivé sa requête par les troubles de personnalité et la faiblesse d'esprit de ces deux jeunes aujourd'hui majeurs. La demande a été rejetée jeudi par le président Donovan Tésaury. «Malgré leurs difficultés, ils perçoivent la réalité des choses», a argumenté le magistrat.

A ne plus jamais laisser seul avec ses enfants
La psy qui a mené l'expertise de l'accusé affirme qu'il y a un risque de récidive au sein du milieu familial si les faits reprochés sont avérés. Elle a estimé que d'éventuelles rencontres entre le père et ses enfants devraient se faire dans le cadre d'une «surveillance stricte». Selon l'experte, cet homme qui avait entretenu des relations sexuelles avec ses frères et sœurs durant son enfance, en fait de même avec sa progéniture. «Pour lui, sa famille et ses enfants sont à sa disposition pour assouvir ses pulsions sexuelles», a développé la psy. D'après elle, le Vaudois aux ressources cognitives très limitées n'est «pas un pédophile ni un prédateur sexuel quand il est en dehors du cadre familial».

Un cycle d'horreurs sur plusieurs générations
Il faut rappeler que les deux parents, qui se sont connus à l'âge de 18 ans dans un foyer pour jeunes en difficultés d'apprentissage, ont eu une enfance particulièrement désastreuse. L'homme aurait grandi dans une famille où le père entretenait des rapports sexuels avec ses enfants et la mère de ses huit enfants a été abandonnée par sa génitrice. En tout, la femme de 42 ans a connu dix grossesses et a perdu deux enfants.

Les spécialistes: «L'enfant a tout inventé»
L'épouse quadragénaire a une double casquette de victime d'agressions sexuelles et de violences physiques de la part du mari et d'accusée pour complicité d'inceste. La mère au foyer a fait une tentative de suicide en avril 2017 qui lui a valu sept mois d'hospitalisation. Les faits seraient liés à sa souffrance après le placement de ses enfants. La psy qui l'a suivie a évacué toute machination car «elle est influençable mais est incapable de stratégie». L'experte a mis en évidence l'incurie des différents intervenants dans cette effroyable affaire d'inceste: «il y a eu des lumières et des alertes mais le réseau d'intervention ne les a pas vues». En 2011, par exemple, une des filles s'était plainte des assauts sexuels du père. Mais des spécialistes avaient déclaré que l'enfant «avait tout inventé pour se rendre intéressante». C'est seulement en 2016 que les viols présumés de l'accusé ont cessé du fait de sa seconde arrestation.
L'accusé, lui, a tout nié. «Les enfants ne disent pas la vérité. De tous les côtés, on m'attaque et j'ai peur de ne pas savoir comment me défendre. Le traumatisme, c'est d'enlever des enfants à leurs parents», a-t-il soutenu.

(apn)