Ecole vaudoise

31 mars 2011 12:11; Act: 31.03.2011 14:04 Print

Initiative pour sauver l'école maintenue

Les initiants ont décidé maintenir leur texte «Ecole 2010 - Sauver l'école» malgré le compromis obtenu par la commission du Grand Conseil vaudois.

Une faute?

Dans un communiqué, les initiants détaillent pourquoi ils ne changent pas de position. Le projet de la commission «ne résout pas les questions», en particulier celles qui conduisent à «la réduction inexorable des exigences scolaires et comportementales et à la dramatique baisse des connaissances».

Selon les partisans d'«Ecole 2010», qui réclame notamment le maintien des trois filières actuelles et le retour des notes dès la première année primaire, le projet de la commission «avalise la suppression pure et simple d'une filière». Plus globalement, ils affirment que «la page du constructivisme, doctrine passéiste» en vigueur actuellement dans l'école vaudoise n'est pas tournée.

La semaine dernière, la commission chargée de l'examen de la loi sur l'enseignement obligatoire a rendu sa copie. Après quatre mois de travaux, elle a présenté un projet «qui permet une grande perméabilité de tout le système», selon son président, le libéral- radical Marc-Olivier Buffat.


Voie «consolidée»

La nouvelle mouture maintient la voie supérieure baccalauréat. Mais elle ajoute une seconde section comprenant trois «sous- ensembles». Une voie générale 2 et une voie générale 1, qui regrouperont la majorité des élèves. Plus une voie «consolidée», sorte de section pré-professionnelle destinée aux enfants «peu scolaires».

Le projet initial de la conseillère d'Etat Anne-Catherine Lyon consistait à répartir les élèves en deux filières: une voie prégymnasiale et une voie générale. Cette dernière aurait regroupé les anciennes voies secondaires générales (VSG) et voies secondaires à options (VSO).

Autre nouveauté issue des travaux de la commission: le retour des notes à l'école dès la troisième année (vers 9 ans), selon la classification du système actuel. Le projet devrait passer d'ici la fin du mois de mai devant le Grand Conseil.

(ats)