Vaud

24 juillet 2019 08:10; Act: 06.08.2019 17:21 Print

Ils pompaient les recettes des stations-service

Un quatuor, dont le membre le plus âgé a 22 ans, s'est signalé par plusieurs vols et trois braquages de stations-service dans le Nord vaudois. La bande est notamment poursuivie pour brigandage qualifié.

storybild

Les jeunes bandits avaient réalisé trois braquages en moins d'un mois entre mai et juin 2018. Le dernier hold-up était celui de trop: toute la bande a été arrêtée par la police.

Sur ce sujet
Une faute?

Le Tribunal criminel du Nord vaudois et de la Broye siège depuis mardi dans les locaux du Ministère public vaudois pour une affaire de brigandage qualifié. Les quatre prévenus, trois Suisses et un Portugais âgés entre 20 et 22 ans, étaient la terreur des stations-service d'Yverdon-les-Bains et de ses environs. Après avoir mûri leur projet délictueux vers fin 2017, les membres de la bande se sont réparti les rôles. Akan*, le chef de gang, dirigeait souvent les opérations de loin en distillant les instructions au téléphone. Le galetas de Diego*, à Yverdon-les-Bains, servait de QG et de caverne d'Ali Baba. C'est là que les jeunes délinquants dissimulaient leur arme (un soft air), leurs vêtements et leurs butins.

Des rôles bien répartis

Hakim* était le chef des opérations et Ahmed*, le convoyeur. Ils ont signé leur premier gros coup dans une station-service d'Orbe en mai 2018 vers 22h. Visage masqué, Hakim* est entré dans le magasin armé d'un pistolet. Il a pointé l'arme sur le caissier et lui a intimé l'ordre de verser les recettes du jour dans un sac en plastique. Quelques pas de course et il s'engouffrait dans un véhicule conduit par Ahmed* avec un sac contenant 2000 francs. Deux semaines plus tard, c'est avec le même mode opératoire que la bande a attaqué une station-service à Yverdon-les-Bains. Le quatuor a eu le culot de commettre deux braquages en cinq jours dans le même shop. Le deuxième braquage avait rapporté 600 francs et le suivant 2553 francs. Mais ce dernier hold-up, commis le 3 juin 2018, a été celui de trop.

Butin et équipements devenus trop encombrants

La police était aux trousses des jeunes bandits. Gagnées par la panique, les petites frappes amateurs de gros coups ont commencé à se défaire de leurs butins et de leurs équipements devenus trop encombrants. Ahmed s'est débarrassé de sa part du braquage (250 francs) dans un jardin. Le reste de la bande a jeté dans un container les vêtements et chaussures utilisés lors des braquages et ont mis un montant de 1848 francs dans un sac dissimulé dans le buisson d'une école. Ils avaient sous-estimé le flair des chiens-policiers. Un après un, la police a arrêté les quatre membres du gang dans la nuit du 3 au 4 juin 2018.

Mardi, suivant les conseils discrètement soufflés par leurs avocats, deux des accusés ont présenté des excuses à leurs victimes. «Je regrette ce que j'ai fait. Maintenant, je veux tourner la page et me concentrer sur mon avenir», a déclaré Ahmed.

En octobre 2017, soit bien avant la série de braquages, les jeunes bandits avaient recruté deux mineurs pour participer à l'attaque d'un local à Yverdon-les-Bains où des musiciens consommateurs-dealers avaient caché 1,7 kg de cannabis.

Le procès se poursuit mercredi et jeudi.

*Prénoms d'emprunt

(apn)