Vaud

12 juin 2019 09:07; Act: 12.06.2019 17:41 Print

Jugé pour avoir caressé une ado lors d'une colonie

par Christian Humbert - Un trentenaire a dérapé alors qu'il était moniteur dans un camp organisé par son Église.

storybild

L'acte s'était produit à l'écart des tentes des enfants. (Photo: Photo: iStock)

Une faute?

Quand il ne s’occupait pas de la sono de son Église évangélique ou prenait des gosses sur ses genoux, Éric* surfait sur des sites pédophiles et piégeait des gamines sur internet. Il y avait eu une première alerte: le trentenaire avait posté sur Facebook une photo suggestive de la fille d’un couple aussi religieux que lui. Mais la plainte avait été retirée.

Puis, en mai 2016, alors qu’il était moniteur dans un camp organisé par son Église, il a emmené une fille de 13 ans, peu habituée au camping, dormir dans un refuge pour la rassurer. Mais là, l’homme a entrepris de lui caresser le sexe. L’ado a couru se réfugier dans la tente des filles. Les parents de la victime, encore traumatisée par les faits, auraient souhaité plus de soutien des dirigeants de l’Église, dont le père de l'accusé. La communauté s’est très vite divisée et plusieurs membres l’ont quittée.

L’attirance du prévenu pour les enfants a été confirmée par ses activités sur la Toile. En cinq ans, il a téléchargé et échangé des centaines de fichiers pédopornographiques. Il s’était aussi créé un faux profil d’ado, ce qui lui a permis d’obtenir de certaines des 220 jeunes filles contactées des photos d’elles dénudées ou des vidéos où elles se masturbaient.

Excuses du prévenu

Éric a fini par admettre les faits. Aux juges du Tribunal du Nord vaudois, il a expliqué mardi «avoir agi par pulsion, comme un drogué, sans éprouver plaisir ou excitation». Il a quitté son Église. Il se soigne, travaille, semble avoir compris que son comportement était «répugnant». Il s’en est excusé. Le jugement sera rendu mercredi.

* Prénom d’emprunt