Vaud

03 décembre 2019 17:15; Act: 03.12.2019 18:24 Print

L'arnaqueur jouait de ses relations dans le polo

par Christian Humbert - Un Anglais est accusé d'avoir emprunté au total 2 millions de francs sans avoir le moindre centime pour rembourser. Il est jugé depuis mardi à Vevey.

storybild

L'homme gravitait dans le milieu du polo et a profité de ses relations dans ce sport pour soutirer de grosses sommes d'argent à des gens qu'il apitoyait. (Photo: iStock/Image prétexte)

Une faute?

Si on en croit le «Daily Telegraph», l'Anglais qui comparaît depuis mardi devant le Tribunal criminel de Vevey (VD) aurait déjà une longue carrière de bluffeur derrière lui. En 2012, le quotidien britannique avait relaté comment ce quadragénaire s'était «grillé» dans le milieu du polo, après avoir arnaqué une des stars de la discipline, le guitariste du groupe Genesis, féru de ce sport, ainsi qu'un homme devenu millionnaire grâce au web. Le déballage médiatique de ces «exploits» explique peut-être pourquoi sa famille a coupé les ponts avec lui.

L'homme, qui a résidé à Dubaï, Marbella, Monaco ou Gstaad, a toujours gravité dans le monde doré du polo. Mais la notion de travail semble abstraite pour ce fils d'un riche homme d'affaires. Alors l'Anglais a préféré faire mine d'être financièrement très à l'aise pour emprunter de fortes sommes d'argent, contre la promesse d'un remboursement après un hypothétique héritage.

Banquier, agent immobilier: tous grugés

Il a par exemple ouvert des comptes dans une grande banque familiale de Genève. Jouant de ses relations dans le polo, il disait attendre le versement de dizaines de millions de francs. Ce n'était que du vent.

A Château-d'Oex (VD), il a fait miroiter à un agent immobilier l'achat d'un chalet valant 7 millions de francs. La transaction ne s'est jamais faite mais il a en revanche réussi à convaincre son interlocuteur et sa femme de lui prêter de l'argent. Pour y parvenir, il a mis en avant le fait que sa fille était amie avec le fils du couple, qui a succombé jeune à un cancer. «Je ne lui aurais pas prêté un centime sans ces liens», a déclaré en pleurs la mère de l'ado.

Apitoyer ses victimes

Pour arriver à ses fins, il a beaucoup utilisé la compassion, parlant sans détour de la maladie de son épouse, puis de son décès et du désarroi causé à ses deux enfants. Il a ainsi pu loger sa famille dans un luxueux chalet, ainsi que dans un hôtel de Montreux (VD), sans bourse délier. Le patron de l'établissement, qui croyait avoir affaire à un millionnaire, lui a aussi prêté de l'argent, tout comme l'ont fait une comptable et un juriste.

Au final, ce sont près de 2 millions de francs qui ont servi à assurer le fastueux train de vie de l'accusé, des années durant, jusqu'à son arrestation en avril 2018. Il n'a, depuis, pas été remis en liberté.

Selon l'enquête, il pourrait y avoir d'autres victimes potentielles, mais elles ne se sont pas fait connaître.

Un comportement qui a agacé le Tribunal

Mardi, l'accusé a énervé la Cour en tournant à chaque fois autour du pot avant de répondre aux questions. Il risque gros si l'escroquerie par métier est reconnue. C'est tout l'enjeu du procès puisque les victimes ne récupéreront jamais leur argent.

L'audience se poursuit.