Soleil Noir

13 octobre 2008 22:45; Act: 14.10.2008 15:31 Print

L’association lausannoise Soleil Noir sent le soufre

par Frédéric Nejad - Actif dans l’organisation de soirées concerts et DJ, le collectif Soleil Noir est-il nostalgique du fascisme?

Sur ce sujet
Une faute?

Pourquoi un commando d’extrême gauche s’en est-il pris violemment à une soirée dite «gothique» dans un bar fribourgeois samedi soir («20 minutes» du lundi 13 octobre)? Mouvement musical et culturel né au début des années 1980, le phénomène gothique se veut apolitique et cultive un esthétisme particulier. Des sous-groupes en sont nés, dont une frange neofolk ou darkfolk, proche de la scène industrielle martiale, parfois politisée. De nombreux gothiques les rejettent.

Ce sont ces ambiguïtés et son attirance pour l’imagerie militaire souvent inspirée des années fascistes et nazies – tête de mort des SS, croix de fer, aigle et glaive – qui valent tant de haine à l’association lausannoise. Ses fondateurs vénèrent le groupe Death in June, qui avait été interdit de concert en 1998 à Lausanne en raison de ses références au IIIe Reich: l’hymne des SA figure sur un album, la scénographie est digne des années 1930 allemandes. Du prosélytisme nazi pour certains, dont Soleil Noir se défend. La police fédérale déclare que cette association est connue de ses services, mais ne lui reproche «aucun extrémisme violent».

Ex-président de Soleil Noir, Lars a annoncé lundi soir qu’il envisageait de dissoudre son association en raison du contexte de violence et des amalgames dans certains médias.