Vevey (VDI

04 décembre 2019 18:42; Act: 04.12.2019 19:49 Print

L'escroc anglais a été condamné et sera expulsé

par Christian Humbert - Ce fils de bonne famille qui prétendait être dans l'attente de grosses sommes d'argent pour mieux gruger son monde a écopé de prison ferme. Et il devra passer dix ans à l'écart de la Suisse.

storybild
Sur ce sujet
Une faute?

S.W., 48 ans, connu dans le milieu du polo pour avoir arnaqué bien du monde, que ce soit à Dubaï, Monaco, Marbella ou dans le canton de Vaud, a échappé mercredi aux 6 ans de réclusion que réclamait le procureur Olivier Jotterand. Le Tribunal criminel de Vevey (VD), présidé par Franz Moos, ne l'a condamné qu'à 2 ans et demi de prison.

Compte tenu des 2 ans déjà purgés en préventive, le Britannique pourrait demander à retrouver la liberté. Sauf qu'il devra rester enfermé le temps que soit appliquée son expulsion de Suisse. Il sera interdit d'entrer dans le pays pendant 10 dix ans.

Au début, il pensait rembourser

Plaidée par Me François Gilliard, la modération de la peine s'explique par le fait que l'Anglais, issu d'une famille riche et respectable, avait effectivement de l'argent quand il a commencé à emprunter de grosses sommes, auprès de personnes rencontrées dans les environs de Gstaad, où il menait grand train avec sa famille. L'accusé pensait rembourser ce qu'il empruntait. Il n'y a donc pas d'astuce démontrée, et certains créanciers croient encore qu'ils retrouveront leur mise.

Tel n'était cependant plus le cas au retour de S.W. de son séjour à Dubaï. C'est alors qu'il s'est mis à raconter des mensonges, comme le fait qu'il était dans l'attente d'un futur gros héritage, ou à apitoyer ses interlocuteurs en leur parlant du cancer qui a fini par emporter sa femme.

Des blogs dénonçant ses arnaques sur le web

Ce drame personnel ne l'a pas empêché de mener une double-vie et d'entretenir dans le même temps une famille cachée en Moldavie. Par ailleurs, S.W. a une autre particularité: lorsqu'on recherche son nom sur internet, on trouve une série de blogs écrits par les victimes de ses combines. On y trouve aussi un article de presse évoquant ses arnaques présumées aux dépens d'une superstar du polo ou encore du guitariste de Genesis, en 2012 déjà.

En Suisse, ce sont près de 2 millions de francs qui ont servi à entretenir son fastueux train de vie. Lors de son procès, il n'a exprimé aucun regret. Le Tribunal a estimé que le risque de récidive est «très grand».

S.W. peut encore faire appel de la sentence pour escroquerie par métier et tenter d'obtenir sa libération. Et son ardoise s'alourdit encore de 61'000 francs de frais de justice.