21 novembre 2007 22:30; Act: 21.11.2007 22:09 Print

L’hiver arrive, la pollution aux particules fines aussi

Les valeurs limites des particules fines ont été dépassées.

Une faute?

C’est la saison des PM10. La chasse à ces particules fines nocives présentes dans l’air est donc ouverte. Car après la polémique de l’hiver dernier, où les pics de pollution avaient été durablement dépassés sans que les autorités ne réagissent, Ville et canton doivent être sur le qui-vive. Depuis lundi, dans la capitale vaudoise, les PM10 sont pourtant au-delà du seuil autorisé des 50 micromètres (ug)/m3. Mais Sylvain Rodriguez, responsable cantonal de la protection de l’air, assure qu’il n’y a pas à s’inquiéter: «La valeur limite des 75ug/m3, qui déclenche le plan d’action romand, n’est pas atteinte. Et la bise prévue ces prochains jours brassera l’air. Mais nous restons vigilants. L’épisode de l’an passé a provoqué une vraie prise de conscience de ce smog hivernal.» Pour Yves Ferrari, président des Verts lausannois, «attendre qu’un coup de vent chasse les PM10 n’est pas une solution». Il déposera une requête devant le Conseil, demandant à la Municipalité d’élaborer un dispositif concret. A ce jour, parmi les mesures d’urgence figurent «une réduction de la vitesse à 80 km/h et l’information à la population sur le comportement à adopter lors de pics», relève Sylvain Rodriguez. Quant à Olivier Français, directeur des Travaux, il confirme que «la structure fonctionne. De plus, les améliorations apportées à l’usine Tridel ainsi que et le développement du chauffage à distance vont réduire la quantité de ces particules dans l’air.»

(Julian Pidoux)