Vaud

18 mars 2011 16:31; Act: 18.03.2011 17:06 Print

La «chasse» aux mendiants fait un flop à Lausanne

Le Parti libéral-radical est loin du compte dans sa quête aux signatures pour valider son initiative pour interdire la mendicité par métier dans la commune.

storybild

La mendicité est notamment pratiquée au centre-ville de Lausanne. (key)

Sur ce sujet
Une faute?

Le 3 février, les libéraux-radicaux (PLR) lançaient leur initiative destinée à interdire la mendicité par métier sur le territoire lausannois. Six semaines après son lancement, celle-ci fait un flop auprès de la population.

Alors que le PLR a jusqu'au 3 mai pour récolter 8333 signatures, elle est en effet encore loin du compte. La semaine dernière, les libéraux-radicaux n'avaient déposé que 2500 signatures, soit 2000 de moins qu'espéré à mi-parcours», rapporte le journal «24 Heures» de vendredi.

«L'initiative est très mal barrée»

«On est en retard. Nous allons devoir mettre un bon coup. Mais je suis encore optimiste», confie Mathieu Blanc, président du comité d'initiative, au quotidien vaudois. Il précise que le comité compte mener quelques actions (tous-ménages, etc. ) pour tenter de booster la récolte de paraphes.

Pour Claude-Alain Voiblet, président de l'UDC du district de Lausanne, l'initiative ne devrait pas aboutir. «Bien que ce ne soit pas l'UDC qui a lancé cette initiative, nous avons participé à la récolte de signatures. L'UDC en a fourni déjà quelque 600 au comité d'initiative et va encore lui en transmettre environ 400. Mais après, nous n'en récolterons pas davantage», souligne-t-il.

«Le manque de signatures recueillies peut s'expliquer par le délais légal pour récolter 8000 à 9000 signatures à Lausanne. En trois mois, c'est quasi mission impossible! En constatant que le PLR n'a pas réussi à recueillir au moins 6000 signatures en période électorale en étant présent sur les marchés, on peut se dire que c'est très mal barré», analyse Claude-Alain Voiblet.

Un échec du PLR

Selon lui, une autre explication est le nombre de Lausannois qui sont directement confrontés à la mendicité en ville. «Cela concerne surtout les gens qui fréquentent le centre-ville, St-François, la Palud ou St-Laurent. De nombreux Lausannois ne se sentent ainsi pas concernés», relève-t-il.

«La mendicité à Lausanne est une préoccupation de l'UDC depuis 2007 et le PLR a voulu récupérer cette problématique en période électorale. En lançant l'initiative, c'est aux libéraux-radicaux d'assumer l'essentielle de la récolte des signatures et d'assumer son éventuel échec», conclut Claude-Alain Voiblet. Celui-ci estime que l'initiative, lancée par le PLR, a «mis un frein à la recherche d'une solution contre la mendicité».

(gco)

Les commentaires les plus populaires

  • Euridyce le 21.01.2011 21:43 Report dénoncer ce commentaire

    les plus pauvres ne sont pas forcément ceux qu'on

    comment peut-on être aussi dur et avoir des réflexions aussi simples et égoistes, envers des être humains visiblement rabaissés de force à la mendicité? Et surtout, comment on peut dire "non je te donne rien" quand il y en aurait assez pour tout le monde, quand tellement de fonds communs disparaissent inutilement et finissent dans des poches de soie? je sais pas. La crise rend encore plus égoiste et xénophobe. On avait déjà vu ca en d'autres temps...

  • Louis le 20.01.2011 17:11 Report dénoncer ce commentaire

    Re-2011

    Ne pas interdire la mendicité revient à fermer les yeux sur la précarité de la population lausannoise, suisse ou étrangère! C'est vrai que de la sorte, on vit plus sereinement et on dort mieux... dommage, ça n'aide personne un tel agissement

  • Marcel le 20.01.2011 17:05 Report dénoncer ce commentaire

    Faut pas s'en occuper

    Pour la majorité rose-verte de Lausanne le plus urgent était de ne pas prendre de décision car s'occuper de ces gens risquait d'aggraver le déficit de la commune déjà énorme à cause d'une gestion financière particulièrement désastreuse.

Les derniers commentaires

  • Pierre le 15.10.2011 11:39 Report dénoncer ce commentaire

    Médecin retraité

    La mendicité est un procédé d'un autre âge ;elle avilit ceux qui s'y adonnent et ne" bénéficie" qu'aux dames -patronnesses en quête de rémissions au purgatoire .Renforçons l'aide sociale et humanitaire ,soyons dignes et de notre temps .

  • Martin le 23.03.2011 09:28 Report dénoncer ce commentaire

    La solution est très simple...

    Elle n'est que politique ! Que chaque membre rouge-rose-vert de Lausanne prenne un mendiant chez lui et s'en occupe et ces mêmes mendiants ne seront plus dans la rue. De plus ne donnez plus rien et ils s'en iront d'eux-mêmes...

    • Harpagon le 23.03.2011 17:56 Report dénoncer ce commentaire

      La solution est encore plus simple

      Que chaque ultra-libéral arrête d'en faire tout un scandale quand on lui demande de l'argent. Si vous ne voulez rien donner alors apprenez à dire non (en plus ça vous servira aussi pour l'éducation de vos enfants pourris gâtés).

  • Pat Pat le 21.03.2011 12:10 Report dénoncer ce commentaire

    NE pas donner aux mendiants

    Le plus simple c'est de ne rien donner aux mendiants ! Tant que certains donneront pour avoir bonne conscience (mais ça grossit le problème), il y aura des mendiants (chose qui n'existait pas en Suisse avant qu'on ouvre nos frontières...Bravo pour cette ouverture "à la gruyère", n'importe qui vient chez nous, qu'il ait un travail ou pas. Il faut que cela change et vite

    • vanessa le 23.04.2011 10:18 Report dénoncer ce commentaire

      stop

      Je suis bien d'acord avec toi ! Nous allons être envahi de personnes sans emploi.

  • Marijo le 21.03.2011 09:07 Report dénoncer ce commentaire

    Etre humain, oui, mais lucide avant tout

    Les mendiants "locaux" acceptent un café +un sandwich,ce qui n'es pas le cas pour les autres, pourquoi ? bonne question, n'est ce pas?. Un samedi j'ai même vu un Rom qui avait trouvé un "accessoire" pour mendier, un pauvre chiot,qui avait ni à boire ni à manger, et qui s'est retrouvé enfermé au fond d'une saccoche après Il y a des choses plus graves,ok, je ne peux pas sauver le monde, mais j'ai essayé de sauver un chiot innocent en faisant intervenir 2 policiers qui étaient à la Riponne et ils m'ont écoutée. Je les remercie!

  • le 19.03.2011 12:44 le 19.03.2011 12:44 Report dénoncer ce commentaire

    Quelle bande d'incapables ce PLR!

    Ils sont même pas fichus de mendier des signatures. S'ils travaillaient dans le privé ça fait longtemps qu'ils auraient été virés.