Grand Conseil vaudois

12 février 2019 11:04; Act: 12.02.2019 12:06 Print

La fin de l'épicerie mobile Caritas inquiète les élus

Faute de moyens, ce véhicule qui proposait des produits de première nécessité à bas prix cessera son activité fin mars.

storybild

Caritas indique que près de 20'000 actes d'achat étaient dénombrés chaque année dans l'épicerie mobile. (Photo: Caritas-Vaud)

Sur ce sujet
Une faute?

La disparition annoncée de l'épicerie mobile Caritas préoccupe des élus vaudois. Le député socialiste et syndic de Morges Vincent Jaques souhaite savoir si le Conseil d'État compte intervenir.

Faute de moyens, ce véhicule qui se déplaçait dans certaines communes et proposait des produits de première nécessité à bas prix cessera son activité fin mars. Concrètement, il lui faudrait 150'000 francs supplémentaires chaque année pour pouvoir équilibrer ses comptes.

Treize communes concernées

Une situation que regrette Caritas, qui précisait que près de 20'000 actes d'achat étaient dénombrés chaque année. Au Grand Conseil, Vincent Jaques a tenu à exprimer son inquiétude. Cette épicerie mobile «semble pourtant répondre aux attentes de nos citoyens en situation de précarité», a-t-il souligné. Et d'ajouter qu'en 2017, treize communes étaient desservies.

Soutenu par des collègues, il a ainsi interpellé le Conseil d'État, lui demandant s'il était informé de cette décision, s'il envisageait de prendre des mesures pour la poursuite de ce type d'activité ou s'il avait contacté les communes concernées.

(ats)