Communales - VD

13 mars 2011 12:10; Act: 13.03.2011 20:18 Print

La gauche sourit, mais Brélaz subit un camouflet

Les élections communales ont souri à la gauche, en terre vaudoise. A Lausanne, le syndic sortant Daniel Brélaz a subi un camouflet.

Sur ce sujet
Une faute?

La gauche reste largement majoritaire à Lausanne à l'issue du premier tour des élections communales. Elle place six élus à l'exécutif alors qu'elle se maintient au législatif. Le syndic Daniel Brélaz essuie un camouflet en arrivant en queue de liste, tandis que l'UDC progresse au Conseil communal.

Après le dépouillement dimanche soir de 19 bureaux sur 20, les résultats débouchent sur le statu quo à la municipalité. La très large majorité rose-rouge-verte est reconduite à 6 contre un, mais dans un ordre qui a créé la surprise. Tosato en tête

Seul candidat réélu au premier tour en 2006, le syndic vert Daniel Brélaz réussit cette fois le moins bon score du ticket, frisant la majorité absolue de 10'025 voix. Le socialiste Oscar Tosato (10'928) arrive en tête, suivi par le popiste Marc Vuilleumier (10'871) et le vert Jean-Yves Pidoux (10'559). Ils sont suivis par les deux nouveaux socialistes Florence Germond (10'438) et Grégoire Junod (10'291), Daniel Brélaz fermant la marche (10'100).

Seul rescapé de droite, le PLR Olivier Français (8434 voix) se retrouve nettement en dessous de la majorité absolue, précédant ses colistiers Marlène Bérard (6104 voix) et Mathieu Blanc (5708 voix).

Progrès d'A gauche toute !

Au législatif, la majorité perd deux sièges. Les Verts en décrochent 20 (-2), le Parti socialiste 29 (-1), tandis qu'A gauche toute! atteint 13 sièges ( 1). A droite, le Parti libéral-radical (PLR) serait à 23 ou 24 sièges tandis que l'UDC a gagné 6 sièges à 14.

Le syndic Daniel Brélaz a accusé le coup à l'annonce de son score mitigé, qualifiant lui-même de «spectaculaire» sa baisse par rapport à 2006. Il a parlé d'»un certain effet d'usure» qui aurait joué en sa défaveur. Il a surtout expliqué son revers par «les coups» reçus parce qu'il avait empoigné des «casseroles» dont personne ne voulait s'occuper, à l'instar de l'assainissement de la caisse de pension de Lausanne.

Pas de blocage annoncé

L'écologiste Jean-Yves Pidoux a souligné que Daniel Brélaz s'était «beaucoup engagé», ce qui expliquait le mauvais score. Pour le reste, les Verts sont «contents». Il y aura des «affrontements» avec la droite, mais cela ne bloquera pas le Conseil communal, a assuré Jean-Yves Pidoux.

Pour les socialistes, Stéphane Montagero s'est réjoui de «l'attachement» des Lausannois au parti à la rose, dont le travail au quotidien est ainsi reconnu. Les Verts et les socialistes devront mieux entendre «notre voix critique», a affirmé de son côté Jean- Michel Dolivo pour A gauche toute!.

UDC satisfaite

A droite, les visages étaient plutôt fermés hormis à l'UDC. Sous la baguette de son secrétaire général Claude-Alain Voiblet, l'Union démocratique du centre estime avoir «pleinement réussi» sa stratégie. Le parti a presque doublé sa représentation au législatif, se retrouvant seule avec le PLR.

Olivier Français a regretté que la répartition des votes des Lausannois ne se retrouvent pas à l'exécutif. Le centre-droit était réuni il y a cinq ans sous la bannière LausannEnsemble. Pour le vainqueur du jour Oscar Tosato, le fait de placer ainsi six élus au premier tour tient du «véritale exploit» et montre l'importance du travail d'équipe mené au cours de la législature.

Quorum pas atteint

Pour les petites listes, l'échec est cuisant. Le PDC, l'Action nationale, Lausanne Libre, Le Parti pirate, Avenir et sécurité, Nous - Vous, les Verts libéraux et MCVD Les citoyens d'abord, aucune n'a atteint le quorum. La participation au scrutin a atteint environ 30%.

(ats)

Les commentaires les plus populaires

  • La Manche le 13.03.2011 19:13 Report dénoncer ce commentaire

    A force de tirer sur la corde

    Mme & M les décideurs vous avez voulu la fracture sociale Et bien vous l'avez!!!!!!

  • Kév le 13.03.2011 17:27 Report dénoncer ce commentaire

    Dehors Brélaz !

    Y'en a marre de Brélaz, c'est la honte de Lausanne, et cette majorité "rose-rouge-verte" a été une catastrophe pour cette ville !

  • jt le 13.03.2011 20:05 Report dénoncer ce commentaire

    rien de surprenant

    avec toutes ces personnes qui glandent dans le coin, la gauche ne pouvait que repasser... on va encore cracher en impôts pour subvenir ce petit monde

Les derniers commentaires

  • Michel le 15.03.2011 00:41 Report dénoncer ce commentaire

    Bravo aux électeurs

    Et tant pis pour les tristes sires qui n'acceptent pas le choix démocratique des électeurs.

  • David Vincent le 14.03.2011 16:31 Report dénoncer ce commentaire

    et 1 de plus

    C'est décidé je vais passer du côté des glandus :-)

  • Seb le 14.03.2011 15:41 Report dénoncer ce commentaire

    Triste sort [2/2]

    [...] Somme toute, ils sont règlementariste à outrance, tout le temps sur la défensive et trop peu (ou pas) ingénieux. Attention à ne pas confondre PS avec le Parti Philanthrope (ou altruiste) ! Ce dernier nexiste pas (encore)

  • Seb le 14.03.2011 15:39 Report dénoncer ce commentaire

    Triste sort [1/2]

    Désolant ! Une majorité des votants romands n'a toujours pas compris lampleur de ses choix politiques. Pourtant, nul besoins de voter UDC à tout prix. Mais arrêtez donc de voter pour ces fantasques de socialistes. Ça fait trop longtemps que ce parti ne sait plus penser ni agir « social » (et par pitié, ne les laissez surtout pas exposer la définition de ce mot). Aussi, le PS ne fait que de réunir des individualistes invétérés, incapable de concevoir qqch pour le bien dune communauté (quelle soit cosmopolite ou non, na pas dimportance)...

    • Re le 15.03.2011 07:51 Report dénoncer ce commentaire

      Immigrés otage du socialisme

      Tant à Genève qu'à Lausanne les socialistes et les verts sont bonnets rouges et rouges bonnets. C'est le principe de vases communiquants. Quand l'un se dégonfle, l'autre se regonfle. Les immigrés finissent par comprendre que la grosse farce consiste à faire venir et entretenir toute la misère de la planète pour pouvoir dénoncer le manque de logements et la rapacité des milieux de l'immobilier qui doivent certainement participer à leur trésorie. A l'évidence, le grand capital finance les gauches. Vous avez déjà oublié Doriot agitant ses liasses de billets. Voilà un socialiste pur jus.

  • Pat le 14.03.2011 12:04 Report dénoncer ce commentaire

    Dommage pour ces villes

    Je regrette que la gauche ait ainsi pris des sièges. Alors qu'enfin la Ville de Genève a compris que la gauche menait la société à la faillite (à mon avis), il faut maintenant que le Canton de Vaud vote à gauche! Vivement les élections nationales en automne en espérant que la droite, plus particulièrement l'UDC prenne le dessus.