Neuchâtel

19 mai 2014 14:53; Act: 20.05.2014 14:37 Print

La tête du cygne a été arrachée

par Caroline Gebhard/ats - L'oiseau retrouvé décapité au bord du lac, dimanche matin à Neuchâtel, a été victime d'un acte particulièrement barbare.

storybild

«Ce cygne a passé un sale quart d'heure» a commenté Jean-Marc Weber, l'inspecteur cantonal de la faune. (Photo: dr)

Sur ce sujet
Une faute?

La tête de l'animal se trouvait dans une poubelle, non loin du corps qui gisait sur la plage. Ce n'est pourtant pas cet élément qui fait dire à Jean-Marc Weber, inspecteur cantonal de la faune, que l'animal a sans doute été victime d'un humain. «La tête a été arrachée: il y a eu une traction qui implique que la bête était maintenue des deux côtés. L'oesophage et la trachée pendaient», note le spécialiste, sur la base des photos qu'il a pu observer. «Le scénario d'un prédateur, tel que le renard, me semble improbable.» Selon lui, deux individus au moins sont à l'origine de l'attaque: «Seul, ce n'est pas possible... Il faut que l'animal soit solidement tenu et que la personne qui arrache la tête soit très forte. Ce cygne a passé un sale quart d'heure», déplore-t-il.

Juste avant sa décapitation, dans la nuit de samedi à dimanche, l'oiseau était en train de couver. Ce qui explique sans doute que ses bourreaux aient pu le capturer: «S'il dort sur son nid, on peut l'approcher précautionneusement et le bloquer», poursuit Jean-Marc Weber. Une enquête est ouverte pour infraction à la Loi fédérale sur la chasse, la protection des mammifères et des oiseaux sauvages. Quant aux oeufs qui étaient lovés dans le nid non loin du corps décapité, ils n'ont pas survécu à l'absence de chaleur maternelle.

Les auteurs risquent des peines pécuniaires, mais aussi des peines privatives de liberté pouvant aller jusqu'à trois ans s'ils ont commis intentionnellement un acte de cruauté, a précisé Pierre-François Gobat.