Vaud

02 décembre 2019 06:04; Act: 02.12.2019 06:04 Print

Labo de meth en feu: deux trafiquants condamnés

par Christian Humbert - Un couple a été jugé mercredi dernier pour avoir vendu et tenté de fabriquer de la drogue de synthèse. Un incendie les avait trahis.

storybild

Les accusés étaient eux-mêmes accros à la crystal meth. (Photo: iStock/Image prétexte)

Sur ce sujet
Une faute?

«Je le paie physiquement et psychiquement.» Une mère de famille toxicomane est devenue consommatrice de drogues de synthèse avec son mari. La quinquagénaire en porte les séquelles, notamment au niveau des dents. Elle est rentière AI. Son permis de conduire lui a été retiré, ce qui lui a causé un choc, dit-elle. La crystal meth est l’un des stupéfiants les plus destructeurs. Elle brûle littéralement le cerveau et rend le consommateur accro quasi instantanément.

Le couple qui a comparu mercredi au tribunal de Vevey (VD) a assuré sa consommation en faisant le trafic de cette drogue, qu’il importait la plupart du temps de République tchèque, pays d’origine du prévenu, âgé de 36 ans. Achetée 100 francs le gramme, elle peut être revendue jusqu'à quatre fois plus. Entre 2014 et 2016, ils ont acheté au total environ 500 grammes de meth.

Ça flambe, ils fuient

Et le mari a aussi tenté d’en fabriquer lui-même. Avec un complice, il a installé un labo clandestin dans un appartement de Roche. Mais en 2015, des produits hautement inflammables se sont répandus sur la cuisinière, déclenchant un incendie. Les apprentis chimistes ont pris la fuite avant l’arrivée des pompiers, mais les traces qu’ils ont laissées sur des bidons et sur un téléphone volé ont permis aux enquêteurs de remonter jusqu’au prévenu.

Les faits n’ont pas été contestés par le couple, qui tente aujourd'hui de se sevrer. «J’ai fait du mal à moi-même, à ma famille, à mon entourage» a dit le mari. 

Peines négociées

La défense et la procureure ont négocié à l’avance les sanctions, que le tribunal a entérinées: 30 mois de prison, dont 6 ferme, pour le mari et 22 mois avec sursis pour la femme. Le sursis lié à des jours-amende infligés précédemment a été révoqué; tous deux devront soit les payer, soit les purger.

Quant à leurs complices en République tchèque, ils risquent de lourdes peines, ce pays faisant preuve d’intransigeance dans ce genre d’affaires.