Communales - VD

13 mars 2011 17:47; Act: 13.03.2011 23:20 Print

Lausanne, Nyon, Morges et Vevey à gauche

Les six candidats de gauche seraient élu à la Municipalité lausannoise. La gauche maintient ses positions dans les grandes villes.

Sur ce sujet
Une faute?

La gauche semblait maintenir ses positions dimanche au premier tour des élections municipales dans les villes de Lausanne, Nyon, Morges et Vevey. Dans la capitale vaudoise, le mauvais score du syndic Daniel Brélaz surprend: il serait dernier des six candidats de gauche.

Sur la base des résultats de cinq bureaux sur vingt, les six candidats de gauche à la Municipalité de Lausanne seraient élus au premier tour. Oscar Tosato (PS) arriverait en tête selon des résultats provisoire avec 2829 voix, suivi par le popiste Marc Vuilleumier (2759), Florence Germond (PS, 2688), Jean-Yves Pidoux (Verts, 2686), Grégoire Junod (PS, 2652) et le vert Daniel Brélaz (2555) voix.

Le PLR Olivier Français serait le seul rescapé de droite avec 2059 voix, en dessous de la majorité absolue qui est 2535 voix. Il devance de plus de 500 voix ses colistiers.

Triomphe de Rossellat

Le syndic Daniel Rossellat a été réélu dimanche à la municipalité de Nyon avec 2629 voix, près de 65% des voix. Un écologiste et deux socialistes obtiennent aussi un siège au premier tour. Trois places restent à pourvoir. Au législatif, les Verts libéraux effacent le POP.

L'écologiste Olivier Mayor retrouve son siège avec 2319 voix, tout comme la sortante socialiste Fabienne Freymond Cantone (2246). Sa colistière Stéphanie Schmutz fait son entrée à l'exécutif avec 2137 suffrages. Avec 1992 voix, le POP sortant Claude Dupertuis est à 96 voix sous la majorité absolue.

Le PLR place un nouveau candidat devant deux sortants. Eric Biéler avec 1619 voix devance Elisabeth Ruey-Ray (PLR, 1553 voix), Claude Uldry (indépendant, 1550). Les deux derniers candidats PLR Maurice Gay (1496) et David Saugy (1384) devancent nettement les deux candidats UDC André Cattin (621) et Pascal Francfort (469).

Daniel Rossellat s'est dit «ravi par ce score». Dans un communiqué, il a remercié les Verts et la plate-forme de gauche de leur soutien. La municipalité de Nyon compte actuellement deux élus PS, un Vert, un POP, une PLR et un indépendant, en plus de M. Rossellat qui est hors parti. Le taux de participation est en progression, il s'élève à 34,53% contre 31,14% en 2006.

Surprise au législatif

Le législatif de Nyon opère un glissement surprise vers la droite. Le POP, qui détenait 7 sièges sur 100 n'atteint pas le quorum. Les Verts libéraux font en revanche leur entrée avec 7 mandats. L'équilibre des forces est désormais de 58 pour la droite et 42 pour la gauche (51-49 en 2006).

Avec 14 sièges, les Verts progressent de 3 élus, le PS en perd 3 et n'en compte plus que 25. A droite, le PLR perd 4 mandats, à 27 sièges, et les indépendants en perdent 2, à 11. L'UDC récupère la mise en augmentant sa députation de 6 places. Ce parti compte désormais 13 élus.

Un siège PS de plus à Morges

A Morges, la gauche réussit à placer cinq des siens au premier tour. Le PS enlève un quatrième siège: Vincent Jaques siègera au côtés de Nuria Gorrite, Yves Paccaud et Eric Züger. La verte Sylvie Morel-Podio est aussi réélue. Les sortants Frédéric Jomini (Entente morgienne) et Denis Pittet (PLR) devront disputer un 2e tour. La participation se monte à 34,8%

Socialistes en tête à Vevey

Les trois candidats socialistes arrivent dimanche en tête au 1er tour de l'élection à la municipalité de Vevey (VD). Ils distancent nettement la candidate verte, les deux Vevey Libre et les trois candidats PLR. Le second tour aura lieu le 3 avril.

Le syndic Laurent Baillif sort en tête avec 1535 voix, devant ses colistiers Marcel Martin (sortant, 1443 voix) et Annick Vuarnoz (1228). Plus de 300 voix les séparent de l'écologiste Elina Leimgruber (956) et du municipal sortant de Vevey Libre Jérôme Christen (918).

Les candidats libéraux-radicaux, tous nouveaux, viennent ensuite: Etienne Rivier compte 839 suffrages, Pierre Clément 751 et Jacques Decosterd 729. Le second candidat Vevey Libre devance encore deux indépendants, le candidat UDC et deux PDC.

L'exécutif de Vevey compte cinq sièges: trois sont occupés par des socialistes, un par une libérale et le dernier par Vevey Libre. Le taux de participation est de 34,46%, légèrement mieux que les 33,2% de 2006. Sur les 3895 votants, 743 proviennent de la communauté étrangère.

A Renens, les socialistes réélus

Les cinq municipaux de gauche ont retrouvé dimanche leur siège dès le premier tour à Renens (VD). Les deux socialistes, deux POP et l'écologiste ont très largement passé la majorité absolue. Les deux sièges restants seront attribués lors du 2e tour le 3 avril.

Alors qu'en 2006, le 1er tour s'était soldé à Renens par un ballotage général, la quatrième ville du canton finit cette journée avec déjà cinq élus. Les deux socialistes Jean-François Clément (2163 voix) et Myriam Romano-Malagrifa (2113) devancent la syndique POP Marianne Huguenin (2099).

L'écologiste Tinetta Maystre (2040) et l'autre POP Jean-Pierre Rouyet (1992) sont aussi bien au-dessus de la majorité absolue, fixée à 1685 voix. La liste PLR est très largement distancée. Le sortant Olivier Golaz ne fait que 911 voix, ses colistiers Jean-Marc Dupuis 777 et Rosana Joliat Herrera 750.

Les deux UDC Stéphane Montabert (504) et Jérôme Tendon (484) ferment la marche avec le candidat Zone Libre Ali Hemma Devries (243) et l'UDF Roland Delapierre (133). La participation est particulièrement basse, elle atteint 27,92%.

L'UDC entre au législatif

Au législatif de Renens, l'UDC fait une entrée fracassante et emporte 10 mandats d'un coup sur les 80 en jeu. La formation tire parti de la disparition du parti indépendant Arc-en-Ciel, qui comptait 5 élus. Le PRL perd 4 places, mais en compte toujours 19.

A gauche, le POP décroche 3 mandats supplémentaires et devient avec 23 élus le plus grand groupe. Le PS perd 3 places et compte 18 élus, les Verts perdent un mandat et en comptent 10. L'UDF et Zone libre n'ont pas obtenu le quorum.

L'équilibre des forces reste inchangé: la gauche emporte 51 sièges contre 29 à la droite. En 2006, l'équilibre était de 52 contre 28.

Ballotage général à Montreux

Le 1er tour de l'élection à la municipalité de Montreux (VD) s'est clos dimanche sur un ballotage général. Les quatre candidats du PLR pointent en tête, suivis par les quatre candidats de gauche. Deuxième tour le 3 avril.

Le radical Laurent Wehrli arrive nettement en tête avec 2343 suffrages, suivi de Pierre Rochat (2233), récemment élu en remplacement de Jean-Claude Doriot. Leurs colistiers Christian Neukomm (2181) et Edith Willi (1999) se placent une poignée de voix devant les candidats de gauche.

Deux nouveaux devancent deux sortants: la socialiste Jacqueline Pellet (1971) et l'écologiste Caleb Walther (1968) font mieux que les sortants socialistes Alain Feissli (1908) et Irina Gote (1694). Emmanuel Gétaz de Montreux Libre (842) est nettement distancé, de même que Catherine Buchet Bulliard de l'UDC (781) et Alexandre Staeger de Montreux Libre (709).

La municipalité de Montreux compte sept sièges. Ils sont occupés actuellement par quatre PLR, deux socialistes et un Vert. La participation a atteint 35,78%.

Progrès de la droite

Au législatif de Montreux, la droite progresse de 7 mandats et emporte 60 des 100 sièges. Le PLR compte 37 élus ( 2), l'UDC 11 ( 2) et Montreux libre 13 ( 3). A gauche, le PS perd 7 sièges et n'en compte plus que 29. Les Verts conservent leurs 11 mandats.

(ats)

Les commentaires les plus populaires

  • pakky le 13.03.2011 19:31 Report dénoncer ce commentaire

    A Force de ne pas écouter les problèmes du peuple

    Ce résultat est normal dans le sens ou tous les partis traditionnels snobent la population et ne s'occupent pas des vrais problèmes des Genevois et Vaudois. Malheureusement ce n'est qu'un début, ne vous étonnez pas avec la future razzia des UDC aux élections fédérales, étant donné que tous ces parties font la même chose et que leurs conseillers fédéraux ne prennent pas en considération les problèmes du peuple.

  • Seb le 14.03.2011 15:41 Report dénoncer ce commentaire

    Triste sort [2/2]

    [...] Somme toute, ils sont règlementariste à outrance, tout le temps sur la défensive et trop peu (ou pas) ingénieux. Attention à ne pas confondre PS avec le Parti Philanthrope (ou altruiste) ! Ce dernier nexiste pas (encore)

  • lokhoum le 13.03.2011 17:30 Report dénoncer ce commentaire

    Elus de qui?

    Qui votent encore?

Les derniers commentaires

  • Michel le 15.03.2011 00:41 Report dénoncer ce commentaire

    Bravo aux électeurs

    Et tant pis pour les tristes sires qui n'acceptent pas le choix démocratique des électeurs.

  • David Vincent le 14.03.2011 16:31 Report dénoncer ce commentaire

    et 1 de plus

    C'est décidé je vais passer du côté des glandus :-)

  • Seb le 14.03.2011 15:41 Report dénoncer ce commentaire

    Triste sort [2/2]

    [...] Somme toute, ils sont règlementariste à outrance, tout le temps sur la défensive et trop peu (ou pas) ingénieux. Attention à ne pas confondre PS avec le Parti Philanthrope (ou altruiste) ! Ce dernier nexiste pas (encore)

  • Seb le 14.03.2011 15:39 Report dénoncer ce commentaire

    Triste sort [1/2]

    Désolant ! Une majorité des votants romands n'a toujours pas compris lampleur de ses choix politiques. Pourtant, nul besoins de voter UDC à tout prix. Mais arrêtez donc de voter pour ces fantasques de socialistes. Ça fait trop longtemps que ce parti ne sait plus penser ni agir « social » (et par pitié, ne les laissez surtout pas exposer la définition de ce mot). Aussi, le PS ne fait que de réunir des individualistes invétérés, incapable de concevoir qqch pour le bien dune communauté (quelle soit cosmopolite ou non, na pas dimportance)...

    • Re le 15.03.2011 07:51 Report dénoncer ce commentaire

      Immigrés otage du socialisme

      Tant à Genève qu'à Lausanne les socialistes et les verts sont bonnets rouges et rouges bonnets. C'est le principe de vases communiquants. Quand l'un se dégonfle, l'autre se regonfle. Les immigrés finissent par comprendre que la grosse farce consiste à faire venir et entretenir toute la misère de la planète pour pouvoir dénoncer le manque de logements et la rapacité des milieux de l'immobilier qui doivent certainement participer à leur trésorie. A l'évidence, le grand capital finance les gauches. Vous avez déjà oublié Doriot agitant ses liasses de billets. Voilà un socialiste pur jus.

  • Pat le 14.03.2011 12:04 Report dénoncer ce commentaire

    Dommage pour ces villes

    Je regrette que la gauche ait ainsi pris des sièges. Alors qu'enfin la Ville de Genève a compris que la gauche menait la société à la faillite (à mon avis), il faut maintenant que le Canton de Vaud vote à gauche! Vivement les élections nationales en automne en espérant que la droite, plus particulièrement l'UDC prenne le dessus.