Finances

18 avril 2019 15:17; Act: 18.04.2019 16:29 Print

Lausanne boucle 2018 dans le rouge

Après une perte de 8,6 millions de francs en 2017, le trou s'est creusé pour la Ville de Lausanne, pour atteindre 27,7 millions l'an passé.

storybild

Pour les autorités lausannoises, il faudra un rééquilibrage avec le Canton. (Photo: Keystone)

Sur ce sujet
Une faute?

Les comptes 2018 de la ville de Lausanne se sont enfoncés dans le rouge en 2018 avec un déficit de près de 28 millions de francs. Pour la municipalité, un rééquilibrage avec les finances florissantes du canton devient absolument nécessaire.

Après une perte de 8,6 millions de francs en 2017, le trou s'est creusé pour atteindre 27,7 millions l'an dernier, ont expliqué jeudi le syndic de Lausanne Grégoire Junod et la directrice des finances Florence Germond. Un résultat «en ligne» toutefois avec les prévisions budgétaires.

Charges cantonales

«Les charges maîtrisables sont extrêmement bien maîtrisées», a martelé le syndic. Ce qui «inquiète», c'est le contexte avec une baisse des recettes fiscales et «une augmentation importante des charges cantonales (7,9 millions)», a-t-il poursuivi en délivrant deux messages principaux.

Il faut s'atteler à reconsidérer ce que les communes doivent payer, en particulier la hausse de la facture sociale et la péréquation, et ce que le canton doit débourser. Les excédents de ce dernier atteignent des centaines de millions, a rappelé Grégoire Junod.

Oui à la RFFA

Les communes ont largement participé au redressement des finances cantonales. «Les discussions avec le canton vont commencer», a-t-il indiqué sans donner davantage de précisions.

L'autre sujet brûlant, c'est la votation sur la RFFA (réforme fiscale et financement de l'AVS) qui se déroulera le 19 mai. Un éventuel refus rendrait les choix de Lausanne «compliqués». En revanche, une acceptation signifierait 15 millions de francs supplémentaires dans les caisses de la commune. RFFA, c'est que du bonus, a relevé le syndic.

«On fait le job»

Pour ce qui est dans le pouvoir de la ville, «on fait le job», a déclaré pour sa part Florence Germond. Mais en dix ans, la facture sociale a doublé pour la commune: «C'est extrêmement problématique».

En 2018, la facture sociale cantonale, la péréquation et les transports ont engendré une hausse brute de 19,3 millions de francs par rapport à l'année précédente, a pointé la responsable des finances. Une tendance heureusement atténuée par des taux d'intérêts très faibles (4,6 millions).

Tassement des revenus

Côté revenus fiscaux, le ciel est voilé. Les impôts sur les personnes physiques sont en recul de 3,7 millions de francs, alors que ceux sur les personnes morales baissent de 13,3 millions. Une somme dont 2,5 millions proviennent de la mise en oeuvre anticipée dans le canton de Vaud de la réforme de la fiscalité des entreprises (RIE III).

Dans ces conditions, la dette nette lausannoise franchit de peu le cap des deux milliards (2,006) alors que la dette brute s'élève à 2,53 milliards. Florence Germond a tenu néanmoins à rappeler que la dette nette se montait en 2012 à 2,15 milliards.

Se répartir la facture

Comme son collègue, la cheffe des finances a souligné qu'il était nécessaire «de se répartir la facture» avec le canton. «On veut bien assumer la gestion des finances, pour autant que celle-ci soit de la compétence des communes», a-t-elle résumé.

Pour mémoire, le canton de Vaud a présenté il y a une semaine ses comptes. Positifs pour la 14e année consécutive, ils affichent en 2018 un excédent de 87 millions de francs et 503 millions de préfinancements, d'amortissements non planifiés et autres écritures de bouclement.

(nxp/ats)