Drogue

27 février 2019 14:21; Act: 27.02.2019 17:13 Print

Lausanne pointée du doigt en matière de deal de rue

Selon une analyse, la capitale vaudoise obtiendrait de meilleurs résultats dans sa lutte contre le trafic de stupéfiants en abandonnant sa politique répressive actuelle.

storybild

L'étude montre à plusieurs reprises les difficultés pour la police de se retrouver en pointe et isolée sur ce dossier. (Photo: Keystone)

Sur ce sujet
Une faute?

Il faut gérer le deal de rue plutôt que s'épuiser à le combattre avec la police. En comparaison avec Berne et Zurich, une étude souligne que Lausanne devrait instaurer une vraie collaboration entre ses différents services, y compris sociaux.

Commandée au printemps dernier par la direction de la sécurité, l'étude de 27 pages a été publiée mardi par la ville de Lausanne. Elle souligne d'emblée qu'elle n'est pas une évaluation, mais une analyse basée sur des interviews de différents responsables de Berne, Zurich et Lausanne.

Traumatismes fondateurs

Après les «traumatismes» des scènes ouvertes (Platzspitz, Letten, Kocherpark), les deux villes alémaniques ont mis en place des structures visant à éviter tout retour du phénomène. En partant du constat qu'il fallait réunir toutes les forces et les faire collaborer de manière efficace et structurée.

Du coup, à Berne comme à Zurich, le deal de rue n'est plus un problème majeur. Des réunions régulières permettent aux différents services de travailler ensemble et de veiller au grain contre la résurgence d'une scène ouverte.

Lausanne hésite

Ce qui signifie, à la fois, une certaine tolérance vis-à-vis d'une consommation canalisée de drogue (micro-deals) et une réaction prompte contre tout dérapage, par exemple l'appropriation de l'espace public par des trafiquants, relève l'étude rédigée par Pierre Esseiva, directeur adjoint de l'Ecole des sciences criminelles (ESC), Christine Burkhart, doctorante à l'ESC et Frank Zobel, directeur adjoint d'Addiction suisse.

Face à ces questions et aux réponses alémaniques, Lausanne semble hésiter. Il faut que la situation se dégrade vraiment, que les réactions de la population augmentent, que les médias s'y intéressent pour que des mesures urgentes soient annoncées.

Police corvéable

Avec comme corollaire souvent, des plans d'action revus et corrigés pour la police, corps auquel il est à l'évidence le plus facile de donner des ordres. L'étude montre pourtant à plusieurs reprises les difficultés pour la police de se retrouver en pointe et isolée sur ce dossier.

Surtout si l'on demande tout d'un coup à des policiers qui voudraient arrêter des délinquants d'aller pacifier l'espace public. «Aller à la rencontre des habitants, préserver le calme et la sérénité (...) sont parfois ressentis comme une punition» par les agents.

Pour un vrai partenariat

L'étude relève «les mesures d'urgence assumées presque entièrement par la police en fonction des situations ponctuelles intolérables». Elle déplore que les efforts de la chaîne pénale «restent dans des schémas répressifs traditionnels (...) sans intégrer franchement et de manière équilibrée les autres acteurs dans une approche plus transversale».

La coordination entre les différents acteurs «semble beaucoup plus développée à Berne et Zurich tant au niveau formel qu'informel», constate l'étude. Si l'on se montre souple et pragmatique côté alémanique, Lausanne se distingue aussi par «une certaine rigidité et une tendance top-down (de haut en bas)» et une action chacun pour soi, en silo.

(nxp/ats)

Les commentaires les plus populaires

  • Jean Pierre le 27.02.2019 14:35 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    On se moque de qui

    Tolérance zéro envers ces dealeurs pseudo sans-papiers, renvoi immédiat sans discution et finis les petites gardes-à-vue de rigolades qui se terminent le lendemain. Il n'y a que ça comme solution! « Collaborer avec le social » non mais ce qu'il ne faut pas entendre. En une sortie la police en renvoie facilement 300, en une semaine elle nettoie Lausanne. Il faut juste une volonté politique et arrêter avec la tolérance infinie.

  • Yam Yenamarre le 27.02.2019 14:35 Report dénoncer ce commentaire

    N'importe quoi

    Abandonner la politique répressive ? Encore une idée laxiste qui nous vient de la gauche. Et pourquoi pas fournir une protection pour les dealers pendant que vous y êtes ??

  • Steph le 27.02.2019 14:57 Report dénoncer ce commentaire

    Dealers

    la même chose à la rue de Monthoux et Pâquis à Genève... ils sont à tous les angles de rue... font leur business impunément... Du grand n'importe quoi. Et ça continue et on laisse faire..

Les derniers commentaires

  • Pluche le 14.03.2019 19:30 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    "Ahhhh Lausanne"

    PERSONNE n'est vraiment surpris, ville decadante. vraiment dommage ce fût une chouette ville...

  • Mr Propre le 04.03.2019 17:21 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Doute malvenu

    On demande à des gens hors Lausanne de se prononcer à partir de contextes très différents. Malgré toutes les critiques la rue commerçante lausannoise est un peu moins menaçante qu'avant. La reconquête de la normalité doit continuer malgré ces appels de spécialistes de la mollesse à un contrôle qui édulcorera les résultats déjà visibles au point de tout compromettre.

  • Jean Perrin le 04.03.2019 09:21 Report dénoncer ce commentaire

    Migration

    C'est aussi la politique migratoire qu'il faut montrer du doigt...

  • Y en marre du laxisme le 03.03.2019 10:45 Report dénoncer ce commentaire

    de caricatural à pathétique

    C'est normal que Lausanne soit pointée du doigt car en matière le laxisme, elle est championne du monde. À quand un grand coup de karcher dans ce fatras qui fait que nous n'osons presque plus sortir dans certaines rues boire un verre sur Lausanne ? La politique "à la papa", faudrait voir pour changer les méthodes. On sait que c'est lent sur Vaud, mais là, c'est caricatural...voir pathétique.

  • marcValais le 01.03.2019 16:30 Report dénoncer ce commentaire

    Vive Junot

    Cette municipalité rose verte n'a lus aucune crédibilité quand on voit des rapports pareil