Conseil communal

19 janvier 2011 08:33; Act: 20.01.2011 11:51 Print

Lausanne refuse d'interdire la mendicité

Le plenum de de la ville a refusé d’interdire la mendicité. Une étude sera en revanche menée sur ce sujet.

storybild

Une «étude approfondie» sur la mendicité sera en revanche menée. (Photo: Keystone)

Sur ce sujet
Une faute?

La proposition UDC d’interdire la mendicité en ville de Lausanne a été rejetée mardi soir par le Conseil communal. Un soulagement pour le socialiste Jean Tschopp. «On a vu avec l’expérience Genevoise, qui est un centre urbain comparable à Lausanne que l’interdiction ne porte pas ses fruits. Cela entraîne une bureaucratie importante et c’est sans effet sur le nombre de mendiants.»

Magistrat chargé de la sécurité à Genève, Pierre Maudet tire un bilan plus nuancé: «Si le but de l’interdiction, c’est l’éradication totale des mendiants en ville, il ne faut pas se leurrer, on n’y arrivera pas. Le but est de maintenir une certaine pression, explique le libéral-radical. Lorsqu’il s’agit de s’attaquer à des réseaux, il est important pour la police de disposer de bases légales.»

Un avis que partage le conseiller communal lausannois UDC Claude-Alain Voiblet: «Les mesures d’aides aux roms, par exemple passent par une interdiction. Sinon comment intervenir auprès de femmes laissées le matin devant un centre commercial avec quelqu’un qui passe cinq fois par jour relever les caisses.»

Le coordinateur romand du parti agrarien attend surtout de voir quel sera l’impact de cette décision à un moment ou les interdictions se multiplient dans les villes alentours: «D’ici quelques mois on verra si cela fait un appel d’air» Si la droite note une dégradation de la situation, elle pourrait envisager de revenir à la charge sur ce sujet. Par une initiative populaire par exemple

(job)

Les commentaires les plus populaires

  • Gilles le 19.01.2011 10:03 Report dénoncer ce commentaire

    Un scandale!!!!!

    c'est pas de la pauvreté!! combien de fois je croise les mêmes personnes qui demandent 2.95 pour prendre le train, et retourner au Valais ( ou je ne sais quels endroits). " vous pouvez appeler ma mère elle vous confirmera que c'est pas de l'arnaque.. " Et le jour d'après c'est le même blabla... ! C'est un réseau, une mafia !! Des gens qui se foutent des "vrais" pauvres qui ne mendient pas !! Ah et comment ça se fait que la plupart de ces mendiants portent des habits quasi propres et neufs !! Où va le monde !!! PS: et les vieilles avec leur gobelet MCDO= même réseau !!

  • Yenamarre le 20.01.2011 12:05 Report dénoncer ce commentaire

    les dealers aussi

    Et tous ces dealers qui se trouvent dans le sous-voies de Chauderon depuis le matin bonne heure qui font leur trafic, je suis resté un bon moment à les observer, pas de police, rien, par contre la ville de Lausanne envoie les cantonniers, par deux, nettoyer plusieurs fois par jour les déjections de ces minables, bientôt ce sera un passage de non droit pour les citoyens de cette ville, j'ai dû faire le tour la dernière fois, car j'étais accompagné de ma fille de 15 ans, elle ne voulait pas passer par le sous-voies. Et quand on voit des mendiants on fait de même. Cette année, je vote UDC

  • musique sympa le 20.01.2011 07:11 Report dénoncer ce commentaire

    Au moins un petit effort...

    Il y a quelques années, ils se donnaient la peine de jouer d'un instrument ( violon sympa!), puis peu à peu, on a vu des femmes avec une guitare, qui ne savaient même pas jouer. C'était lamentable.Chez nous, nous avons un homme qui joue de la harpe, et c'est super!Alors pourquoi ne pas exiger un petit effort, sans quoi, pas de mendicité?

Les derniers commentaires

  • Pierre le 15.10.2011 11:39 Report dénoncer ce commentaire

    Médecin retraité

    La mendicité est un procédé d'un autre âge ;elle avilit ceux qui s'y adonnent et ne" bénéficie" qu'aux dames -patronnesses en quête de rémissions au purgatoire .Renforçons l'aide sociale et humanitaire ,soyons dignes et de notre temps .

  • Martin le 23.03.2011 09:28 Report dénoncer ce commentaire

    La solution est très simple...

    Elle n'est que politique ! Que chaque membre rouge-rose-vert de Lausanne prenne un mendiant chez lui et s'en occupe et ces mêmes mendiants ne seront plus dans la rue. De plus ne donnez plus rien et ils s'en iront d'eux-mêmes...

    • Harpagon le 23.03.2011 17:56 Report dénoncer ce commentaire

      La solution est encore plus simple

      Que chaque ultra-libéral arrête d'en faire tout un scandale quand on lui demande de l'argent. Si vous ne voulez rien donner alors apprenez à dire non (en plus ça vous servira aussi pour l'éducation de vos enfants pourris gâtés).

  • Pat Pat le 21.03.2011 12:10 Report dénoncer ce commentaire

    NE pas donner aux mendiants

    Le plus simple c'est de ne rien donner aux mendiants ! Tant que certains donneront pour avoir bonne conscience (mais ça grossit le problème), il y aura des mendiants (chose qui n'existait pas en Suisse avant qu'on ouvre nos frontières...Bravo pour cette ouverture "à la gruyère", n'importe qui vient chez nous, qu'il ait un travail ou pas. Il faut que cela change et vite

    • vanessa le 23.04.2011 10:18 Report dénoncer ce commentaire

      stop

      Je suis bien d'acord avec toi ! Nous allons être envahi de personnes sans emploi.

  • Marijo le 21.03.2011 09:07 Report dénoncer ce commentaire

    Etre humain, oui, mais lucide avant tout

    Les mendiants "locaux" acceptent un café +un sandwich,ce qui n'es pas le cas pour les autres, pourquoi ? bonne question, n'est ce pas?. Un samedi j'ai même vu un Rom qui avait trouvé un "accessoire" pour mendier, un pauvre chiot,qui avait ni à boire ni à manger, et qui s'est retrouvé enfermé au fond d'une saccoche après Il y a des choses plus graves,ok, je ne peux pas sauver le monde, mais j'ai essayé de sauver un chiot innocent en faisant intervenir 2 policiers qui étaient à la Riponne et ils m'ont écoutée. Je les remercie!

  • le 19.03.2011 12:44 le 19.03.2011 12:44 Report dénoncer ce commentaire

    Quelle bande d'incapables ce PLR!

    Ils sont même pas fichus de mendier des signatures. S'ils travaillaient dans le privé ça fait longtemps qu'ils auraient été virés.