Vaud

02 juillet 2018 16:52; Act: 03.07.2018 10:13 Print

Le Canton ne veut plus de pubs sexistes dans la rue

par Yannick Weber - Le gouvernement vaudois ne souhaite plus voir d'affiches publicitaires dégradant les femmes sur la voie publique. Mais seules les communes pourront les faire disparaître.

storybild

Les publicités sexistes «renforcent l'inégalité entre les sexes», souligne Jacqueline de Quattro. (Photo: AFP)

Sur ce sujet
Une faute?

Des femmes dénudées et en position lascive, utilisées pour aguicher le consommateur afin de lui vendre des produits, le gouvernement vaudois n'en veut plus. Il va proposer au Grand Conseil de modifier la loi cantonale, qui interdit déjà la publicité pour l'alcool et le tabac, et d'y ajouter un article pour bannir les pubs sexistes de l'affichage dans les rues.

«Il est difficile de résister aux affiches. Vous n'avez pas le choix de les voir ou non, elles s'imposent à vous et ont un impact non-négligeable», estime la conseillère d'Etat Jacqueline de Quattro en présentant des exemples de publicités au contenu dégradant pour l'image des femmes.

Dernier mot aux communes

Si le Parlement la suit, la Commission consultative sur les procédés de réclame sera chargée, en collaboration avec le Bureau de l'égalité entre les femmes et les hommes, de trancher sur la légalité d'une publicité. «Il faut se mobiliser contre ces images qui ne doivent plus avoir droit de cité dans nos rues», poursuit Jacqueline de Quattro.

Vaud serait le premier canton romand à établir une telle législation. En Suisse alémanique, seuls Bâle-Ville et quelques communes ont déjà franchi le pas. Mais au final, ce sera bien à ces mêmes communes de faire respecter la volonté du Canton, la commission n'ayant pas de force contraignante. Lausanne s'était déjà dotée d'une grille de lecture des publicités pour trancher les cas limites.

Plaintes en augmentation

Les publicités à caractère sexiste semblent susciter de plus en plus d'oppositions. En 2017, pour la première fois, les plaintes déposées auprès de la Commission suisse pour la loyauté (lire encadré) pour publicités sexistes ont été les plus nombreuses, passant, en un an, de 12% à 18% du total des plaintes.

L'espace commentaires a été désactivé
L'espace commentaires des articles de plus de 72 heures est automatiquement désactivé en raison du très grand nombre de messages que nous devons valider sur des sujets plus récents. Merci de votre compréhension.

Les commentaires les plus populaires

  • Vlad le 02.07.2018 17:27 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Ok

    ok mais qu'on le fasse dans les deux sense alors, car les féministes peuvent en penser ce qu'elles veulent mais les hommes sont bien souvent stigmatisés dans les pub, on est souvent l'abruti enfantin immature incapable de se débrouiller au ménage par exemple. Sans compter les clichés du mâle bien foutu aux abdos en béton, ça ne me gêne pas moi, mais si on parle du sexisme parlons de tout le sexisme et non pas de celui à la mode.

  • Lucas le 02.07.2018 17:20 Report dénoncer ce commentaire

    Place au futur

    Au revoir la libérté d'expression, au revoir l'humour, au revoir l'ouverture d'esprit et bienvenue dans ce nouveau monde aseptisé, gouverné par une bien séance pompeuse et bien sous tout rapport.

  • JL Trintignant le 02.07.2018 17:29 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Vive la liberté d'expression!

    Quelle tristesse! On a de plus en plus l'impression de vivre dans une société aseptisée, inodore, incolore, sans saveur, sans transgressions, sans excès, où les interdits l'emportent sur la liberté d'expression. Indignez-vous comme dirait l'autre!

Les derniers commentaires

  • Buddy le 04.07.2018 23:34 Report dénoncer ce commentaire

    Les autres...

    Mais pour documenter la grève d'aujourd'hui, tous les médias, 20 incl. utilisent la photo de la femme avec peu des habilles et écrit "en grève" sur la peau.

  • Hanny Mahl le 04.07.2018 08:45 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Balance ta haie

    Assez de sexisme, j'entend la cougar Alamarche et la gore Hulla, parler d'un beau mâle, pourtant nous, on parle jamais de belles femelles...un peu de respect pour les vieux bovidés ascendance taureau, trop vieux pour la corrida mais qui peuvent encore servir pour améliorer le cheptel de belles blondes bouclées charolaises et reines noiraudes des montagnes, svp! Merci.

  • Alfred Schwartzenschmurtz le 03.07.2018 20:20 Report dénoncer ce commentaire

    Respirer, on peut encore?

    On pourrait tout simplement interdire les femmes, ce qui par ailleurs réglerait une montagne de problèmes. Je me permets de dire ça car visiblement je suis entouré d'une populace incapable de prendre de la distance, alors je m'y mets aussi, y a pas de raison comme le dit si bien le populo.

    • Charles le 04.07.2018 07:22 Report dénoncer ce commentaire

      @Alfred Schwartzenschmurtz

      Tu veux dire, prendre de la distance sur le fait que si tu ne vois plus une paire de fesses féminines sur une affiche, tu n'achètera plus le produit ? Et après, ça vient parler de liberté d'expression, laisse-moi rire !

  • magy le 03.07.2018 18:38 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Pups sexistes

    Enfin terminé de nous prendre pour des objets, des pûtes etc. Faudra aussi stopper des photos de titres des journaux affichant des poses osés etc... on peut si bien faire tout en se cachant

    • Julia le 04.07.2018 08:06 Report dénoncer ce commentaire

      @magy

      Ah oui, à ce niveau il y a également du boulot ! J'ai renoncé à compter par jour le nombre de photos de femmes dénudées ou en position lascives/sexuelles qu'on trouve dans ce journal ici-même (rien que la version en ligne) !

  • Pas compris le 03.07.2018 16:50 Report dénoncer ce commentaire

    C'est quoi ça ?

    Babette je la lis, je la fouette et parfois elle passe à la casserole...

    • J'explique le 04.07.2018 10:44 Report dénoncer ce commentaire

      @Pas compris

      C'est une pub pour la crème Babette, où ils ont trouvé très drôle de jouer sur le prénom Babette (d'une femme) en même temps, ce qui sous-entendrait qu'on fait toutes ces choses à la femme et non à la crème