06 mars 2007 12:48; Act: 06.03.2007 12:56 Print

Le Turque Dogu Perinçek en procès à Lausanne

Le nationaliste turc reproche à la justice suisse de se comporter comme les sbires de l'inquisition espagnole. Il comparaît depuis mardi devant le Tribunal de police de Lausanne pour avoir nié le génocide arménien.

Une faute?

«C'est une procédure d'inquisition», a déclaré Dogu Perinçek, selon une information relayée mardi par la chaîne turque d'information CNN-Türk. Ågé de 64 ans, l'accusé a annoncé qu'il ferait en sorte que la loi suisse interdisant la négation d'un génocide soit abrogée.

Selon lui, la diaspora arménienne veut propager la thèse du génocide avec l'aide des Etats occidentaux. Quelque 160 sympathisants sont venus en Suisse pour soutenir M. Perinçek à Lausanne. L'ancien leader chypriote-turc Rauf Dentasch figure parmi eux.

90 kilos de documents

M. Perinçek a emporté 90 kilos de documents, ont indiqué plusieurs médias turcs. Ces documents sont censés prouver qu'aucun génocide n'a été subi en 1915 par les Arméniens d'Anatolie.

La question arménienne est très controversée en Turquie. L'opinion publique y suit donc le procès suisse contre le nationaliste avec attention. L'affaire fait d'ailleurs les grands titres des chaînes d'information comme CNN-Türk.

M. Perinçek est président du parti nationaliste dissident IP qui n'a obtenu que 0,5 % des voix aux dernières élections de novembre 2002. Le politicien a toutefois acquis une réelle notoriété en raison de ses coups médiatiques. On lui reproche en outre des liens avec des forces de droite présentes au sein de l'appareil d'Etat turc.

(ats)