Université de Lausanne

26 février 2020 07:57; Act: 26.02.2020 07:57 Print

La «Banane» va s'agrandir, les moutons vont rester

par Yannick Weber - Les travaux qui vont faire grandir la bibliothèque universitaire sont sur le point de démarrer. Les désagréments pour les étudiants seront limités.

storybild

La Banane, surnommée ainsi à cause de sa forme, sera à l'avenir bien plus spacieuse. (Photo: FHV Architectes)

Sur ce sujet
Une faute?

Lundi dernier était sans doute la dernière rentrée universitaire lors de laquelle les étudiants ont retrouvé leur bibliothèque telle qu'ils la connaissent. Le chantier de son agrandissement, annoncé depuis des années, va pouvoir commencer. «La mise en place devrait débuter d’ici quelques semaines», confirme Julien Meillard, adjoint à la Direction Durabilité & Campus de l'Unil. Les travaux pourraient durer trois ans et permettront de faire passer la capacité d'accueil du principal site de la bibliothèque de 860 places actuellement à près de 2'000 à l'avenir, en construisant une forme d'excroissance à la Banane existante, côté nord.

Certains aménagements seront mis en place pour permettre de poursuivre l'exploitation du lieu pendant les travaux. Mais comment faire vivre ensemble les bruits inhérents à un chantier et le silence sacralisé d'une bibliothèque? Les nerfs des étudiants, mis à l'épreuve par la perspective des examens seront-ils poussés à bout par les travaux? «Le phasage du chantier est prévu pour concentrer les travaux plus bruyants durant les périodes de vacances académiques. Il y aura certainement quelques désagréments en semestre, mais le maximum sera fait pour assurer le calme durant les périodes de révisions et d’examens», rassure Julien Meillard.

Quant à la capacité d'accueil, ceux qui se battent dès l'aube, à l'approche de chaque session d'examen, pour réserver leur place de travail peuvent se rassurer. Des défections sont à attendre de la part des étudiants les plus intolérants au bruit. Et surtout, la capacité actuelle ne devrait même pas être réduite pendant le chantier. «Le principe est de construire d'abord les nouvelles surfaces avant de commencer les travaux dans les surfaces existantes. Pour le restaurant, il y aura probablement une légère diminution de capacité, mais cette phase du chantier sera programmée durant une période où l’affluence est réduite», précise Julien Meillard.

Le Grand Conseil avait voté en septembre dernier un crédit de 55 millions pour la réalisation de l'extension de la bibliothèque.

L'espace commentaires a été désactivé
L'espace commentaires des articles de plus de 72 heures est automatiquement désactivé en raison du très grand nombre de messages que nous devons valider sur des sujets plus récents. Merci de votre compréhension.

Les commentaires les plus populaires

  • Etienne le 26.02.2020 08:17 Report dénoncer ce commentaire

    Quand j'ai lu ça...

    J'ai cru qu'ils parlaient des "contribuables" qui continuent à payer comme des moutons...

  • EtudiantAmusé le 26.02.2020 08:36 Report dénoncer ce commentaire

    C'est parti

    On se réjouit de voir tous ces vieux rageux quarantenaires qui viendront écrire que els étudiants sont des abrutis, qu'ils méritent pas cette agrandissement de bibliothèque, tout en ayant jamais mis les pieds une seul fois sur un campus universitaire :D

  • Guy Varche le 26.02.2020 08:10 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    J'en ris jaune

    Cet article me donne la banane hohoho

Les derniers commentaires

  • Maître Capello le 26.02.2020 16:32 Report dénoncer ce commentaire

    diplômé universitéraire

    Des futurs oppresseurs diplômés... comme moi

  • Patricia Tzinks le 26.02.2020 15:50 Report dénoncer ce commentaire

    L'Uni Ou la fabriques des élites

    Il faut bien agrandir les bureaux des associations d'extrême gauche, qui vont vous enseigné leurs théories du genres anarchistes anar.

  • Lo le 26.02.2020 15:38 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    En même temps...

    Cela fait des années que cela doit être fait... Je me suis déjà rendue à la bibliothèque le premier dimanche de janvier à 9h en me disant que j'aurai l'embarras du choix pour m'asseoir. Résultat des courses : j'ai pu tourner en rond un vingtaine de minutes avant de m'avouer vaincue et d'aller bosser à un café. Certains étudiants n'ont pas le choix de se rendre à la bibliothèque, pour faire des recherches ou parce que c'est le seul endroit calme où ils ont accès. A l'heure qu'il est la banane ne peut pas offrir un espace propice à ces personnes. Je leur laisse la place et bosse depuis la casa.

  • Klimp le 26.02.2020 14:17 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Ah la fièvre du "ranking"

    L'Unil - ne parlons même pas de l'EPFL - sont devenus des campus "à l'américaine". Si vous voulez vous éclater pour étudier avec un cursus de même valeur, et sans vous couper un bras en dépenses quotidiennes, allez à Metz, Saarbrücken (uni franco-allemande), Müncen, Konstanz ou Grenoble.

  • Le mouton noir le 26.02.2020 12:49 Report dénoncer ce commentaire

    Et le personnel ?

    Le journaliste ne semble pas avoir pensé aux quelques 100-200 d'employés travaillant à la Banane (BCUL + caféteria + restaurant) qui seront "directement impactés" en subissant le bruit des travaux toute la journée du lundi au vendredi pendant 3-4 années tout en continuant à effectuer leurs différentes tâches quotidiennes du mieux qu'ils peuvent avec le sourire au service des autres...