Suisse

13 novembre 2019 06:09; Act: 13.11.2019 08:56 Print

Dépistage des MST flingué par des analyses ruineuses

par Frédéric Nejad Toulami - Les tarifs des laboratoires sont exorbitants comparés à ceux des pays voisins. Un coût qui inquiète les milieux de la prévention.

storybild

(Photo: iStock)

Sur ce sujet
Une faute?

Après les arrangements financiers entre des laboratoires d'analyses et certains cabinets médicaux sur le dos des patients et des assurances, voici un autre sujet controversé en matière de coûts de la santé.

Le magazine «Bon à Savoir» a publié un test comparatif entre les prix des labos suisses, français, allemands et autrichiens sur 15 analyses parmi les plus fréquentes. Et les différences de coûts y sont décrites comme «sidérantes». Or, 1,8 milliard de francs ont été dépensés par les caisses maladie en 2018 pour des analyses en laboratoire, selon les chiffres officiels.

La chlamydia par exemple. Cette infection sexuellement transmissible fait des ravages, en Europe notamment. C’est pourquoi l’Office fédéral de la santé insiste sur l’importance de son dépistage dans un but de prévention sanitaire. Mais cette analyse coûte en moyenne 95 fr. en Suisse, contre moins de 26 fr. en France et 18 fr. en Autriche! «Les gens à budget modeste qui n’ont pas encore atteint leur franchise tentent souvent d’éviter de consulter un médecin, souligne Daniela Enzler de Santé sexuelle suisse. Et l’assurance maladie ne rembourse pas ceux qui veulent un test anonyme. Ces personnes peuvent alors décider de se passer de dépistage.»

L’Union suisse de médecine de laboratoire évoque, elle, les loyers et les transports plus chers dans notre pays, ainsi que le personnel en laboratoire plus qualifié. Cet argument est balayé par Florent Jouinot, coordinateur à Aide suisse contre le Sida, qui rappelle que tout est automatisé dans les labos. De plus, il rappelle que la chlamydia est dépistée de pair avec la gonorrhée, autre IST fréquente. Ce qui augmente ainsi le prix de l'analyse. Sans omettre le fait que les laboratoires factureraient aussi environ 24 fr. en moyenne chaque frais de commandes par analyse, par jour et par patient, en plus du prix du dépistage. Florent Jouinot est parvenu à négocier des tarifs bien moins chers dans tous les cantons romands en mettant les laboratoires en concurrence.

(FNT)