Municipalité de Lausanne

13 mars 2011 22:23; Act: 14.03.2011 12:01 Print

Le géant vert vacille

par Renaud Bournoud - Statu quo à l’Exécutif de Lausanne avec six sièges pour la gauche et un pour la droite. Mais l'emblématique syndic est le plus mal élu du camps rose-rouge-vert.

Sur ce sujet
Une faute?

«D’habitude je vois venir ce genre de chose, mais là pas.» Réputé pour ses pronostics, le Vert Daniel Brélaz n’a pas anticipé le petit camouflet que les lausannois lui ont infligé hier lors des élections à la Municipalité. Mieux élu il y a cinq ans, il n’arrive qu’en sixième et dernière position des candidats qui passent l’épaule au premier tour.

Sondage
Daniel Brélaz doit-il se représenter à la syndicature de Lausanne?
29 %
59 %
12 %
217 participants

Oscar Tosato arrive premier

Cette fois-ci, la palme du meilleur score revient au sortant socialiste Oscar Tosato, talonné par le municipal popiste Marc Vuilleumier. Le Vert Jean-Yves Pidoux arrive en troisième place, juste devant les deux petits nouveaux socialistes, Florence Germond et Grégoire Junod. Daniel Brélaz évite lui l’humiliation d’un deuxième tour pour quelques dizaines de voix. Une épreuve que devra se coltiner le municipal radical Olivier Français, arrivé septième. Même si sa réélection devrait être tacite.

Il fait les frais de sa politique arrogante

«J’ai pâti du fait d’avoir hérité des dossiers casse-gueule de la Municipalité», estime pour sa part Daniel Brélaz. «Il a été beaucoup biffé par les électeurs socialistes», note Yves Ferrari, le président des Verts vaudois. «Est-ce l’usure de son rôle de syndic ou alors sa personnalité attire peut-être moins?», s’interroge Marc Vuilleumier. A droite l’analyse est évidemment plus dure. «Il fait les frais de sa politique arrogante», juge Marlène Bérard, candidate libérale-radicale.

Quid de la syndicature

Désormais la question de la syndicature se pose. Daniel Brélaz s’estime encore «légitime». Mais le score de certains pourrait engendrer des vocations.

Les commentaires les plus populaires

  • Pasbien le 14.03.2011 14:46 Report dénoncer ce commentaire

    Il faut scier l'arbre

    Je ne comprends pas comment les Lausannois ont pu voter à gauche. Commune hyper endettée. La population croit-elle qu'elle pourra bénéficier encore longtemps des largesse publiques qui ont fait tenir Brélaz. Un minimum: Brélaz dégage!

  • Wikiswiss le 14.03.2011 20:10 Report dénoncer ce commentaire

    Brélaz, le géant Calimero

    Le géant vert sépanche auprès des journaleux sur lingratitude du bon peuple qui na pas reconnu ses immenses mérites

  • Clara le 14.03.2011 12:06 Report dénoncer ce commentaire

    Fini les Verts

    Les verts on en veut plus à Lausanne

Les derniers commentaires

  • Jean-jacques le 15.03.2011 20:27 Report dénoncer ce commentaire

    Il vacille mais lui il est élu.

    J'adore le commentaire de Marlène Bérard, pas élue elle, mais arrogante quand même!

  • Morgarten le 15.03.2011 17:10 Report dénoncer ce commentaire

    Pas le plus mauvais ...

    Lausanne est polluée par les socialos. Mais bon, c'est la démocratie et c'est très "tendance" en Romandie. Brélaz pourra être remplacé par un gaucho mais ce n'est pas certain que ce soit mieux. Et, question arrogance, dans certains milieux, on n'apprécie pas non plus tellement celle de Marlène Bérard. Mais bon, booofff !

  • Wikiswiss le 14.03.2011 20:10 Report dénoncer ce commentaire

    Brélaz, le géant Calimero

    Le géant vert sépanche auprès des journaleux sur lingratitude du bon peuple qui na pas reconnu ses immenses mérites

  • Mako le 14.03.2011 15:15 Report dénoncer ce commentaire

    ça n'est pas un trône, mais un siège M. brélaz!

    Dis-donc, il est tentaculaire ce bonhomme. Il dépense le pognon des caisses pour imposer la mobilité douce, mais lui il se meut en Subaru. C'est un juste retour des choses.

  • Pasbien le 14.03.2011 14:46 Report dénoncer ce commentaire

    Il faut scier l'arbre

    Je ne comprends pas comment les Lausannois ont pu voter à gauche. Commune hyper endettée. La population croit-elle qu'elle pourra bénéficier encore longtemps des largesse publiques qui ont fait tenir Brélaz. Un minimum: Brélaz dégage!