Lausanne

30 août 2019 18:13; Act: 30.08.2019 18:42 Print

Le réseau d'eau potable impacté par un pesticide

En raison des nouvelles normes en vigueur pour le pesticide chlorothalonil, la Ville de Lausanne a détourné plusieurs captages d'eau.

storybild

L'eau du robinet peut être bue sans crainte, souligne la Ville de Lausanne. (Photo: AFP)

Sur ce sujet
Une faute?

La ville de Lausanne a sorti du réseau d'eau potable des captages qui dépassaient la nouvelle valeur maximale autorisée pour le pesticide chlorothalonil. Elle tient en outre à rassurer vendredi la population: l'eau du robinet peut être bue sans crainte.

En accord avec l'Office cantonal de la consommation (OFCO), la ville de Lausanne a adopté «en août» des mesures supplémentaires à cause des métabolites (produits de décomposition) du chlorothalonil, un pesticide de la famille des fongicides, explique l'exécutif.

Exclure du réseau

Deux des quatre captages d'eau de Cheseaux ont été détournés de manière à être exclus du réseau d'eau potable. Le captage de la Fontaine à Basset, au Chalet-à-Gobet, a aussi été détourné. Enfin, les captages de Thierrens et Montaubion ont été dilués avec l'eau du Léman de manière à atteindre un seuil inférieur à la limite de 0,1 microgramme par litre.

«Toutes les autres ressources en eau de la ville de Lausanne répondent parfaitement aux nouvelles exigences en vigueur», affirme le communiqué. L'Office cantonal de la consommation confirme que l'eau du robinet de l'ensemble du réseau lausannois peut être bue sans crainte.

Pour l'agriculture

Le chlorothalonil est admis en Suisse depuis les années 1970. Il est utilisé notamment dans la culture des pommes de terre, des céréales, des légumes et de la vigne. Certains de ses métabolites ont été décelés dans les eaux souterraines.

Suivant l'état actuel des connaissances, depuis fin juin, l'Office fédéral de la sécurité alimentaire et des affaires vétérinaires (OSAV) «a considéré qu'un risque pour la santé ne pouvait être exclu». Certains métabolites du chlorothalonil ont été jugés dès lors «pertinents», ce qui signifie que le seuil de 0,1 millionième de gramme par litre ne doit pas être dépassé.

(nxp/ats)

L'espace commentaires a été désactivé
L'espace commentaires des articles de plus de 72 heures est automatiquement désactivé en raison du très grand nombre de messages que nous devons valider sur des sujets plus récents. Merci de votre compréhension.

Les commentaires les plus populaires

  • Mr green le 30.08.2019 18:48 Report dénoncer ce commentaire

    Stop au pesticide

    Arrêtons de subventionnées les paysans qui utilisent des pesticides ! Nous sommes en train de détruire nos terres et nos nappes phréatiques. #stopaupesticide

  • Sacouldesource le 30.08.2019 19:03 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Eau ... de vie

    Le chlorothalonil est très répandu pour lutter entre autre contre les maladies de céréales diverses. Dévier des captages est un pansement sur plaie béante. Le vrai problème est le changement de pratiques, on veut du bio, du beau, du bon, on pose des interdictions mais on ne cherche pas vraiment d'alternatives... À quand un vrai débat sur des modifications de pratiques pour stimuler les défenses naturelles des plantes, le phyto existe il faut le développer !!

  • pshuttttt le 30.08.2019 19:21 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    ouin ouin

    est il possible de boire quelque chose sans être empoisonné ou que cela soit "mauvais" pour pa planète?!

Les derniers commentaires

  • Taupier le 31.08.2019 18:16 Report dénoncer ce commentaire

    la crise

    Quand dans quelques années les normes changeront pour tenir compte des avancées supplémentaires toutes l'eau potable encore buvable actuellement deviendra "subitement" impropre à la consommation

  • Anonymous le 31.08.2019 18:03 Report dénoncer ce commentaire

    Anonymous

    Quid de Genève ? L'eau est insalubre depuis plusieurs jours et les authorités ne font rien ... je sais déjà pour qui voter ... les verts ....

    • Houmous pas anonyme le 01.09.2019 21:18 Report dénoncer ce commentaire

      @Anonymous

      À tout hasard, ça concerne Lausanne. Bien joué pour ta pub à la con. Plutôt que de se plaindre contre les autorités, il suffit de téléphoner à monsieur Brunier, directeur général socialiste des Services Industriels de Genève. Pour te répondre, avec Chf 40'000.- par mois, il peut aussi oeuvrer comme téléphoniste.

  • Taupier le 31.08.2019 17:18 Report dénoncer ce commentaire

    impur

    ça fait des lustres que les paysans ravagent la nature sous pretexte de nous faire bouffer en disant vivoter faute de blé quémandent des sous de subvention pour ensuite exporter à l'étranger et produire la même merde qu'ailleurs ici beaucoup plus cher empoisonnant les rivières en rase campagne tout est toxique l'eau la terre l'air pleines de miasmes chimiques, c'est dégueulasse

  • vdz le 31.08.2019 14:51 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    à savoir

    si jamais on n'utilise plus cela pour les blés. ce produit est utilisé pour lutter contre le mildiou principalement.

    • papa poule le 02.09.2019 13:27 Report dénoncer ce commentaire

      qu'Est-ce qui va rester ?

      ben on mangera du sorgo !

  • Micou le 31.08.2019 10:25 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Contaminé

    Tant que les journalistes minimiseront le problème ! Il n'est pas impacté mais contaminé!