Vaud

25 février 2020 18:29; Act: 25.02.2020 21:48 Print

Les «vautours» échappent à de la prison ferme

par Christian Humbert - Une septuagénaire, son fils et sa belle-fille ont été condamnés mardi à des peines avec sursis. Ils avaient piqué du cash chez une millionnaire, dont l'aïeule était la curatrice.

storybild

Les condamnés s'étaient appropriés des centaines de milliers de francs, planqués dans des enveloppes au domicile d'une vieille dame riche. (Photo: Keystone/Image prétexte)

Sur ce sujet
Une faute?

Leur situation financière était déjà catastrophique, avec près de 2 millions de francs de dettes. Et le jugement rendu mardi par le Tribunal de Vevey (VD) ne va pas contribuer à l'améliorer: ce sont des centaines et des dizaines de milliers de francs que devront rembourser au Canton et à leur victime les trois condamnés, qualifiés la veille de «vautours» par le procureur dans son réquisitoire.

Une retraitée de 70 ans, son fils, gérant d'une fiduciaire, et sa belle-fille avaient pourtant cru décrocher le jackpot, en octobre 2015, lorsqu'ils avaient déniché des enveloppes pleines d'argent au domicile d'une riche héritière. La septuagénaire était la curatrice de cette vieille dame frappée d'alzheimer, tandis que son fils s'occupait de ses déclarations d'impôts.

Braqués et cambriolés

Ce sont ainsi entre 250'000 et 390'000 francs qui sont tombés entre leurs mains et qu'ils ont conservés indûment. Mais le fils, et petit-fils, des trois accusés était au courant: il avait lui-même trouvé plusieurs de ces enveloppes et en avait même gardées pour lui, avant que sa mère lui confisque l'argent. Et comme l'ado n'a pas su tenir sa langue avec ses potes, ceux-ci se sont mis en tête de s'emparer du magot. Après un braquage et un cambriolage manqués, mais annoncés à la police, les enquêteurs ont flairé une affaire louche.

En les condamnant respectivement à des peines de 16, 20 et 24 mois de prison, assorties d'un long sursis de cinq ans, la Présidente du tribunal a relevé l’absence totale de prise de conscience et les multiples versions fournies par les accusés. Au final, seul le fiston, que ses parents et sa grand-mère ont allègrement tenté de désigner comme l'unique auteur des faits, n’a pas menti dans cette affaire.

Vol en bande et par métier pas retenu

La retraitée a été reconnue coupable d’abus de confiance qualifiée, tandis que son fils et sa belle-fille ont été punis pour recel et blanchiment. Le vol en bande et par métier n’a pas été retenu.

Le procureur avait requis des peines plus lourdes, comprenant de 6 à 12 mois de prison ferme. Les condamnés avaient passé deux mois en détention préventive après leur arrestation. Des appels paraissent écartés.