Sports d'hiver

30 mars 2011 13:22; Act: 30.03.2011 15:10 Print

Les canons à neige sauvent la mise

Il n'a plus neigé aussi peu en montagne depuis plusieurs dizaines d'années. Dans les stations de ski, les canons à neige ont permis de limiter les dégâts.

storybild

La neige a manqué cet hiver. (Photo: Keystone)

Une faute?

Les remontées mécaniques valaisannes ne battront pas de record cette année. Après trois bons exercices, le recul sera généralisé. La baisse du chiffre d'affaires sera de l'ordre de 10% avec des variations importantes selon les régions.

«La fin de saison sera très difficile». La phrase est prononcée par la plupart des directeurs de remontées mécaniques. Mais les pistes seront maintenues ouvertes aussi longtemps que la sécurité des skieurs est assurée.

Le manteau neigeux a été inférieur de moitié à celui de l'an dernier. Et pourtant, la saison a bien débuté un peu partout avec des résultats comparables voire supérieurs à ceux de l'an dernier. Mais l'avance prise en décembre n'a pas suffi à compenser le recul qui a suivi.


Euro faible

«Ce sera une petite saison, mais pas catastrophique», selon Raymond Monnay, directeur de Téléchampéry. En plus du faible enneigement et de températures printanières qui durent depuis plusieurs semaines, le cours de l'euro pèse aussi sur les résultats. Certains forfaits du côté suisse ont dû être revus à la baisse de 10% pour éviter que les clients ne les achètent en France.

L'enneigement mécanique a aussi été plus important, entraînant une hausse des coûts, a précisé Arthur Clivaz, directeur de Crans- Montana-Aminona. Le recul du chiffre d'affaires pourrait légèrement dépasser les 10% à Crans-Montana, alors qu'il devrait se situer entre 2 et 5% à Verbier.


Stations vaudoises

La saison a également été très moyenne dans les stations des Alpes et du Jura vaudois. Ce n'est pas une saison que nous allons garder dans les annales, déclare Pierre Besson, directeur de Télé- Villars-Gryon. Après un bon début en décembre, le manteau neigeux a été faible et la clientèle à la journée s'est faite rare. Grâce à l'enneigement artificiel, la saison sera correcte.

Aux Diablerets, on est globalement assez content. La diminution de la clientèle française et du Bénélux a été compensée par le retour des Anglais, constate le directeur de l'Office du tourisme Eric Liechti. Question enneigement, la station a été sauvée par le glacier où se sont reportés la majorité des skieurs.

Les dégâts sont également limités pour les remontées mécaniques de Sainte-Croix-les Rasses, dans le Jura vaudois. «Nous avons ouvert durant 69 jours, dont 45 grâce à la neige artificielle», explique leur responsable Philippe Simon. Malheureusement les clients de plaine ne sont pas montés, croyant qu'il n'y avait pas de neige.


Arc jurassien

Dans l'Arc jurassien, la plupart des remontées mécaniques étaient déjà à l'arrêt depuis la mi-janvier. Malgré une saison très courte et peu de jours d'ouverture, l'avenir de ces stations de moyenne altitude n'est pas remis en question. Mais d'éventuels investissements pour 2011 sont reportés.

Plus importante station de la région, les Bugnenets (NE)- Savagnières(BE) ont pu ouvrir durant une vingtaine de jours contre environ 90 une saison auparavant. Même constat pour les Prés d'Orvin, à 15 minutes de Bienne. Les téléskis n'ont pu fonctionner qu'une quinzaine de jours contre une soixantaine en moyenne.

A Tramelan (BE) et aux Breuleux (JU), le nombre de jours d'exploitation est encore plus faible. Ce faible enneigement a surtout pénalisé les employés qui travaillent essentiellement sur appel.

Dans l'Oberland bernois et aux Grisons, le scénario est le même: les représentants du tourisme affirment s'en être tirés à bon compte. Il y a dix ans, un tel manque de neige aurait été un désastre, selon un porte-parole de «Graubünden Ferien».

(ats)