Vaud

15 juillet 2014 10:49; Act: 15.07.2014 14:19 Print

Les critiques de Pascal Broulis blessent

Les avocats vaudois sont en colère contre Pascal Broulis. Les critiques du conseiller d'Etat lors d'une conférence de presse ont soulevé «l'indignation» et blessé la profession.

storybild

Lors d'une conférence de presse consacrée aux investissements planifiés par le canton de Vaud , le chef du Département des finances et des relations extérieures (photo) avait attaqué les avocats en dénonçant «le jackpot» que certains visent en s'ingéniant à bloquer tous les projets de construction. (Photo: Keystone/Christian Brun)

Sur ce sujet
Une faute?

L'Ordre des avocats vaudois (OAV) est consterné. Après avoir pris connaissance des propos tenus par Pascal Broulis le 4 juillet, dire que l'immense majorité des avocats ont exprimé leur incompréhension «est un peu en dessous de la réalité», écrit le bâtonnier Elie Elkaim dans une lettre au conseiller d'Etat dont l'ats a obtenu mardi une copie.

Atteinte blessante

Lors d'une conférence de presse consacrée aux investissements planifiés par le canton de Vaud , le chef du Département des finances et des relations extérieures (DFIRE) avait attaqué les avocats vaudois. Il avait notamment dénoncé «le jackpot» que certains visent en s'ingéniant à bloquer tous les projets de construction.

Si les avocats ont l'habitude de tels propos «désobligeants» lors «de discussions de comptoir», ils sont révoltés lorsque ces mots sortent de la bouche de «l'un de nos hauts magistrats». «C'est un sentiment légitime d'indignation qui surgit» (...) Les griefs formulés, ou sous-entendus, par vos soins, portent une atteinte inutilement blessante à toute notre profession», poursuit le bâtonnier.

Rôle démocratique essentiel

Rappelant le rôle démocratique essentiel joué par l'avocat pour l'équilibre des pouvoirs , la lettre de l'OAV souligne que l'avocat agit dans l'intérêt de son client qui exerce son droit. Comme par exemple lorsque l'Etat de Vaud mandate lui-même un avocat pour sa défense.

Pour toutes ces raisons, «les attaques que vous avez formulées contre la profession d'avocat sont infondées comme injustes au point que l'émotion a été vive au sein de l'OAV. Je le regrette profondément», conclut Elie Elkaim qui se dit prêt à rencontrer Pascal Broulis pour évoquer cette problématique et le rôle de l'avocat.

Accélérer les procédures

«Je suis très content qu'ils réagissent, enfin, tant mieux!», a lancé Pascal Broulis interrogé par l'ats. «Cela montre qu'il y a un malaise et que j'ai mis le doigt sur un véritable problème. Chez certains avocats, je ne dis pas tous, il y a un simple but d'enlisement des dossiers alors qu'il faudrait accélérer les procédures».

«On a besoin des avocats, je les rencontre volontiers à la rentrée pour écouter leurs suggestions afin de changer des situations qui ne peuvent plus durer. Je suis preneur de toute bonne suggestion, je suis prêt à examiner ça avec conviction et engagement», a assuré le conseiller d'Etat.

«Une sorte de jackpot»

«Les avocats ont compris qu'il y avait un truc génial à faire et que leurs honoraires étaient comme une sorte de jackpot. (...) Ils sont spécialisés les avocats vaudois, il suffit d'en prendre un, n'importe lequel (...) Si vous voulez embêter votre voisin, aucun souci, ils vous donnent tous les trucs», avait entre autres déclaré le chef du Département des finances.

(ats)