Vaud

18 juin 2019 22:13; Act: 19.06.2019 06:53 Print

Les députés approuvent la limitation du glyphosate

Le gouvernement vaudois a décidé, mardi, de limiter l'usage d'un herbicide polémique dans le secteur agricole.

storybild

Une bonne partie des députés trouvent le glyphosate «probablement cancérogène». «Faux, archifaux», rétorque l'UDC. (Photo: Keystone/Archive)

Sur ce sujet
Une faute?

A une très large majorité, les députés vaudois ont approuvé mardi le plan cantonal visant la limitation du glyphosate. L'UDC a fustigé ceux qui stigmatisent sans cesse l'agriculture et qui oublient les efforts de la profession pour s'adapter.

Chef du groupe UDC, Philippe Jobin s'est lancé mardi dans un baroud d'honneur, visiblement agacé par tous ceux qui veulent expliquer aux agriculteurs ce qu'ils doivent faire et comment. Il a rappelé qu'une journée d'information avait été organisée pour montrer le dynamisme de la profession qui a compris la nécessité de se remettre en cause.

Postures émotionnelles

L'agriculture suisse est à la pointe dans l'application de méthodes respectant l'environnement par rapport à ce qui se fait à l'étranger. Nombre de commentaires sont «faux, archifaux» et l'agriculteur utilise l'herbicide glyphosate aussi peu que possible. Non aux «postures émotionnelles» et à «l'alarmisme médiatique», a-t-il martelé.

Pour lui répondre, certains ont persisté à condamner ce produit «probablement cancérogène» et dont la nocivité saute les générations, a expliqué le Vert Yves Ferrari. Le député a reconnu néanmoins «les pressions» mises régulièrement sur les agriculteurs, alors que l'on paie leurs produits le meilleur marché possible.

Pression énorme

La Vert'libérale et agricultrice Martine Meldem s'est interrogée: quelle autre profession que l'agriculture se donne autant de mal chaque jour les mains dans la terre, cherchant à s'adapter aux techniques nouvelles ? Les agriculteurs ne travaillent pas assis derrière leur ordinateur en donnant des leçons, a-t-elle lancé. La pression mise sur les agriculteurs est «énorme», a-t-elle corroboré.

Face à ces protestations, la conseillère d'Etat Jacqueline de Quattro a tenu à rappeler que le plan d'action du gouvernement se basait sur le principe de précaution. Il est en plus limité et progressif.

Domaines de l'Etat

Jusqu'en 2022, le gouvernement vaudois veut que les domaines viticoles, agricoles et arboricoles de l'Etat renoncent totalement au glyphosate. Hors de l'agriculture donc, ce qui n'a pas rassuré l'UDC qui voit «une porte ouverte» à une future interdiction générale.

Par 105 voix contre 25 et 7 abstentions, les députés ont dit oui au projet de décret.

(nxp/ats)

L'espace commentaires a été désactivé
L'espace commentaires des articles de plus de 72 heures est automatiquement désactivé en raison du très grand nombre de messages que nous devons valider sur des sujets plus récents. Merci de votre compréhension.

Les commentaires les plus populaires

  • Robin b le 18.06.2019 23:19 Report dénoncer ce commentaire

    Un agriculteur

    Nous pouvons nous passer du glyphosate. Mais le plus triste dans cette histoire est que l'on sert la visse en Suisse pour l'utilisation du glyphosate utilisée dans l'agriculture de façon résonné et qu'on autorise toujours des produits d'importation qui par leur méthode de travaille ont résidus de glyphosate de 10 a 100 fois supérieur. Se qui est le cas de 90 % des pattes consommées en Suisse... Est là personne ne fait rien, vous enfants continuerons malheureusement à s'empoisonner.

  • qwertz le 19.06.2019 05:03 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    import...

    C'est l'importation qu'il faut aussi réglementée... Interdire les produits issus du glyphosate.. Idem avec les produit a base d'huile de palme...

  • SCBCH le 18.06.2019 22:51 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    jardiniers du dimanche

    et si seulement les jardiniers du dimanche en prenait de la graine car il n y a pas que le glysophate qui est nocif . les engrais pour avoir les plus beaux légumes des jardins familiaux c est pas meilleur.. il me semble que les agriculteurs suisses sont très réglementés et leurs sulfateuses sont régulièrement contrôlées mais bon c est toujours la même rengaine..allez regarder dans les rizières de la Thaïlande et là vous comprendrez qu il faut manger du local bien de chez nous ..car là bas il n y a aucun contrôle et les bidons et les sacs de traitements qui sont à découvert sur le sol et on ne mesure pas la posologie du produit..abe

Les derniers commentaires

  • tom le 19.06.2019 14:33 Report dénoncer ce commentaire

    préserver

    Je veux vous raconter une histoire VRAIE .Il existe un endroit que tout sportif se doit de connaître,cela s'appelle les Appalaches U.S.A.un chemin de randonnées de 3500km dans une nature totale ,une merveille ,et bien ,après analyse ,c'est l' endroit le plus pollué des u.s.a à cause des pluies acides venant de la civilisation par les nuages ....et se déposent sur cette chaîne de montagnes.Alors pensez aux nappes phréatiques avec le glyphosate.

  • logique le 19.06.2019 11:32 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    faut être conséquent

    Faut interdire le sulfatage des vignes aussi. Et tant pis pour les bobo pseudo-écolo alcooliques

    • Jean lasoif le 19.06.2019 18:11 Report dénoncer ce commentaire

      Laisse le temps faire

      Tkt pas petit... La machine est route.. Beaucoup de vignerons veulent en finir avec tout ça... Cela ce fait pas en 2 jours, la vigne doit ce réhabituer à vivre seul. J'ai des vignes en fase teste, 100% /100% Naturel.. Pour l'instant elle tien... À suivre..

  • Raoul le 19.06.2019 11:29 Report dénoncer ce commentaire

    Soyons entièrement bio d'ici 2025...

    Devenons le premier pays entièrement biologique, les prix qui augmenterais ne sont qu'un argument des lobbys, car la pollution nous coûtes beaucoup plus. et l'appauvrissement des sols provient de l'utilisation de produits chimiques.

  • Prof.Dutreuil le 19.06.2019 10:12 Report dénoncer ce commentaire

    Et surtout

    Ils devraient aussi approuver les méfaits de la 5G

  • agi 2020 le 19.06.2019 09:52 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Oui mais !

    Sans désherbant!? Possible oui mais, qui va nous payer les nouvelles machines de dernière générations qui permettent de désherber mécaniquement qui ont des prix qui sont monumentales et consommer plus de mazout! Moi je suis seul sur mon exploitation ma femme travaille à 50% dans secteur tertiaire . Actuellement je suis sur exploitation traditionnelle donc si je dois faire de telles investissements. Je crains fort de ne pas pouvoir et arrêter ce métier que j'ai repris de mon père qui lui avait repris de mon grand-père...ainsi de suite. Les crédits agricoles ou bancaires ne sont pas toujours la solution !

    • Lucas Di FIlippo le 19.06.2019 10:55 Report dénoncer ce commentaire

      Breizh distribution Sàrl

      Bonjour, des solutions alternatives autres que mécanique existe ici en Suisse ! Ne parlons pas d'investissement mais d'essai et pourquoi pas de location dans un premier temps. N'hésitez pas à visiter notre site internet si vous êtes curieux :

    • consommateur le 19.06.2019 11:45 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

      @Lucas Di FIlippo

      De toute façon c'est le consommateur qui paiera, c'est la seule certitude, via ses impôts et via le prix en magasin. Normal. Et les autres pays qui exportent chez nous ? Pas de contraintes ?

    • Robin b le 19.06.2019 13:13 Report dénoncer ce commentaire

      @Lucas Di FIlippo

      Gentil, mais pour désherber un champ de maïs de 1ha il faudra combien d'heures? Et de carburant? Une journée et 50l de diesel?

    • agir 2020 le 19.06.2019 13:42 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

      @Lucas Di FIlippo

      Votre système est peut une pseudo alternative mais pour chauffer votre eau vous utilisez malgré tout un carburant fossile... pas vraiment plus écologique qu'un système mécanique.

    • agri 2020 le 19.06.2019 13:44 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

      @consommateur

      Avant que le consommateur paye vraiment les agriculteurs auront été saignés jusqu'à l'os.

    • Lucas Di Filippo le 19.06.2019 13:54 Report dénoncer ce commentaire

      Petite pensée

      Peut-être que je me trompe mais les agriculteurs ne reçoivent pas de subvention de l'état pour se fournir en Roundup ? Si ? Concernant les autres pays, nous devrions être heureux que la Suisse s'occupe d'elle et établisse ce genre de loi. Corrigons nous puis ensuite le voisin !

    • Lucas Di Filippo le 19.06.2019 14:18 Report dénoncer ce commentaire

      Breizh distribution Sàrl

      Réponse pour : Robin B Je comprends votre avis, le changement prend du temps et il est gourmand. Je ne suis pas en train de dire que ma solution est la solution miracle et que c'est celle-ci qu'il vous faut pour vos champ de maïs de 1ha. Mais j'ai pu, malgré le débat fermé, vous transmettre l'information qu'il existe bien des solutions alternatives ici en Suisse dont 1 pour laquelle je suis représentant en valais à Collombey.