Grève du Climat Lausanne

15 mars 2019 15:08; Act: 15.03.2019 18:09 Print

«Nos impôts sont investis dans les énergies fossiles»

Quelques dizaines de manifestants ont pénétré dans le siège des Retraites populaires pour protester contre ses investissements dans les énergies fossiles.

Les étudiants, assis dans l'agence et encadrés par la police, ont scandé des slogans anticapitalistes.
Sur ce sujet
Une faute?

Une cinquantaine de jeunes participants à la grève du climat ont pénétré vers midi dans le siège des Retraites populaires située à la Caroline, à Lausanne. Objectif: demander à la société qui gère la caisse de pension de l'Etat de Vaud de revoir sa politique d'investissements.

«Indirectement, ce sont nos impôts que les Retraites populaires investissent dans les énergies fossiles, explique Paul, 21 ans. Plusieurs démarches ont été tentées en politique, mais on nous répond toujours qu'on ne peut rien y faire. On a donc décidé de s'organiser pour mener une action disruptive et non violente. On a d'ailleurs pu discuter avec certains employés et cadres des investissement dans les énergies fossiles.»

Discussion avec le directeur

Le directeur général des Retraites populaires Philippe Doffey a d'ailleurs pris un moment pour discuter avec les manifestants. Il leur a expliqué les démarches en cours actuellement au sein des caisses de pension.

La société implémente en effet depuis 2008 une politique d'investissement socialement responsable, mise en place progressivement, explique Christelle Berney, chargée de communication. Elle planche également sur une stratégie climatique prévue pour la fin de l'année, dans le but d'augmenter les investissements responsables ayant un rendement équivalent à ceux du marché. Elle ajoute qu'une étude menée par le WWF en 2018 la classe dans les «bonnes pratiques».

Évacuation dans le calme

Les forces de l'ordre ont rapidement investi les lieux et demandé calmement aux occupants criant des slogans anticapitalistes de sortir. «On sortira quand les Retraites populaires cesseront de soutenir les énergies fossiles», a ironisé un manifestant. L'évacuation a eu lieu aux alentours de 14h40, tout a fait dans le calme. Une personne a été interpellée, et plusieurs identités ont été relevées. Ces dernières pourront être utilisées au cas où la société dépose plainte, ce qui ne semble pour l'instant pas être le cas.

Malgré l'ampleur de la mobilisation, aucun autre débordement n'a été signalé, précise la police lausannoise, mis à part des tags sur une banque pour lesquels un individu a été interpellé. La succursale de Crédit Suisse située sur le parcours du cortège a en effet été recouverte de traces de mains peintes en rouge.

(rmf)