Lausanne (VD)

02 décembre 2019 22:08; Act: 02.12.2019 22:17 Print

Les horaires du «shootoir» seront élargis

L'Espace de consommation sécurisé (ECS) a accueilli plus de 450 usagers différents en un an, une fréquentation qualifiée de satisfaisante par la Fondation ABS et la Ville de Lausanne.

storybild

Une analyse de la fréquentation montre que les usagers sont les plus nombreux entre 12h00 et 14h00 et après 16h00, avec un pic entre 17h00 et 18h00. (Photo: Keystone)

Sur ce sujet
Une faute?

Situé dans le quartier du Vallon, l'ECS a permis de réaliser 12'000 actes de consommation et d'éviter qu'ils ne soient faits dans des conditions précaires (espace public, cages d'escaliers, toilettes publiques, logements des usagers). Si ces chiffres sont inférieurs aux estimations, la fréquentation suit une courbe ascendante, en particulier depuis septembre 2019, relève la Ville de Lausanne lundi dans un communiqué.

Une analyse de la fréquentation montre que les usagers sont les plus nombreux entre 12h00 et 14h00 et après 16h00, avec un pic entre 17h00 et 18h00. Ils disposent pour leur consommation de 45 minutes à l'une des quatre places prévues pour les injections, à l'une des quatre places pour l'inhalation ou à celle prévue pour le sniff.

Adapter l'accueil

Afin de diminuer l'attente et d'éviter des consommations à l'extérieur de la structure, l'ECS élargira ses horaires depuis le 6 janvier. Il ouvrira de 11h00 à 19h30 en lieu et place de 12h00 à 19h00. En cas de forte affluence, des places supplémentaires seront ponctuellement ouvertes pour l'injection (2) et l'inhalation (4).

La mise en place de cette mesure permettra d'adapter l'accueil des usagers à leurs habitudes de consommation. L'extension des horaires d'ouverture se fera sans augmentation du budget alloué au projet, précise la Ville. De son côté, le Distribus demeurera présent sur la place de la Riponne de 19h00 à 21h00. Il continuera également d'assurer la promotion de l'ECS auprès des consommateurs.

Projet pilote

L'ECS est un projet pilote mené sur trois ans. Il offre un espace aux usagers pour y consommer des produits stupéfiants encadrés par des professionnels et dans des conditions socio-sanitaires de qualité. Ce projet est évalué par Unisanté qui dressera un bilan intermédiaire après 18 mois de fonctionnement.

(ats)