Vaud

14 février 2011 19:05; Act: 14.02.2011 19:18 Print

Les logopédistes haussent le ton et l’État bafouille

Après une levée de boucliers, le Canton gèle ses mesures restrictives sur l’offre des traitements privés.

Une faute?

Rétropédalage de l’État sur les traitements orthophoniques des élèves: «Les mesures concernant le financement de la logopédie indépendante sont suspendues jusqu’au 15 mars», indiqué Serge Loutan, le responsable du service de l’enseignement spécialisé. «D’ici là Anne-Catherine Lyon, la cheffe du département, rencontra les logopédistes pour trouver des solutions.»

En 2010, le nombre de prises en charge d’enfants a explosé. Et les coûts avec. «Nous avons dépassé le budget de 2 millions», précise Serge Loutan. Résultat, le Canton a réduit la durée des consultations depuis le 1er janvier 2011, à titre d’économie. Un délai de trois mois d’attente a également été instauré entre l’autorisation de traitement et de début de celui-ci.

Autant de mesures qui fâchent les professionnels. «Il va y avoir une logopédie à deux vitesses, avec des parents aisés qui paieront, et d’autres qui devront attendre l’octroi du Canton», estime Sarah Marcanti, présidente de l’Association des logopédistes vaudois.

«Nous comprenons les soucis financiers de l’État, mais une fois de plus ce sont nos enfants qui paient les pots cassés, déplore-t-on à l’Association des parents d’élèves. Il faut que les acteurs se mettent autour d’une table pour réfléchir à cette problématique.» Un vœu exaucé.

(reb)