Suisse

27 septembre 2019 18:15; Act: 27.09.2019 18:34 Print

Manifs dans tout le pays pour l'urgence climatique

Environ 3500 manifestants pour le climat ont défilé vendredi à Lausanne. Plusieurs actions de blocage ont eu lieu. Des actions ont également eu lieu à Genève.

Sur ce sujet
Une faute?

Les militants pour le climat ont donné du fil à retordre à la police vendredi à Lausanne. Plusieurs centaines d'entre eux ont tenté de bloquer le giratoire de la Maladière, forçant un barrage avant d'être finalement stoppés et évacués.

Cette nouvelle journée de grève du climat a démarré à 10h00 sur la place de la gare, où environ 3500 personnes se sont rassemblées, selon une estimation de la police lausannoise. La mobilisation a été bien moins importante que lors des grèves du début d'année, qui avaient réuni jusqu'à 10'000 manifestants dans la capitale vaudoise.

«Climat de révolte», «Nous devons agir», «Respecte la terre, on ne demande pas la lune», pouvait-on lire sur les pancartes. Les militants arboraient également de nombreux dessins. Au fil de la marche, les rangs se sont quelque peu clairsemés, a précisé un porte-parole de la police lausannoise.

L'action de vendredi a été marquée par le ralliement du mouvement vaudois pour la grève du climat avec Extinction Rebellion, le collectif prônant la désobéissance civile non-violente. Une partie des manifestants a ainsi tenté de bloquer le giratoire de la Maladière, un point névralgique à l'entrée de la ville.

Renforts

La police s'est retrouvée face à environ 200 militants. Déterminés, ceux-ci ont réussi à forcer un premier barrage avant d'être stoppés sur l'avenue de Rhodanie à une centaine de mètres du giratoire.

Le face-à-face a duré environ deux heures avant que la police ne procède à l'évacuation du site. Les plus récalcitrants ont dû être emmenés sur des brouettes. D'autres militants ont pris la fuite en direction de la gare, où ils ont fini par se disperser en fin d'après-midi.

Du côté des forces de l'ordre, des renforts ont dû être appelés. La police Est-Lausannois et la gendarmerie ont ainsi apporté leur soutien à la police municipale.

La semaine dernière déjà, Extinction Rebellion avait mis la police à contribution en occupant le pont Bessières de 12h00 à 20h00. Le collectif avait annoncé vouloir bloquer trois ponts vendredi, avant de revoir ses plans et de se rabattre sur le giratoire de la Maladière.

Nouvelle approche

Pour la première fois, Extinction Rebellion a été soutenu vendredi dans son action par le mouvement vaudois pour la grève du climat. Celui-ci a en effet indiqué vouloir se mettre, lui aussi, à la désobéissance civile. Une nouvelle approche qu'il justifie par l'échec des discussions avec le gouvernement vaudois.

«Les grévistes vaudois du climat ont décidé d'interrompre leur collaboration active avec le Conseil d'Etat», a écrit vendredi le mouvement dans un communiqué. Dénonçant «l'inertie» du monde politique, il affirme «qu'un changement de système paraît de plus en plus inévitable.»

Pour les mois à venir, les grévistes du climat vaudois annoncent une multiplication des actions «des plus institutionnelles et habituelles aux plus radicales et insolites.» Ils ajoutent vouloir suivre la voie de la désobéissance civile non violente, et disent déjà préparer la «grève générale économique», programmée en Suisse et à l'international le 15 mai prochain.

Cinq rencontres

Les grévistes du climat ont été reçus à cinq reprises par le gouvernement vaudois. A l'issue de leur ultime rencontre, début septembre, les militants avaient déjà fait part de leur mécontentement, jugeant «inconsistante» la vision des autorités en matière de réchauffement climatique.

Remontée contre l'accusation d'inaction, la présidente du gouvernement vaudois, Nuria Gorrite, avait alors rétorqué que l'Etat consacrait déjà «beaucoup d'argent» à la défense de l'environnement. «L'état d'urgence n'abolit pas le processus démocratique et le respect des institutions que sont le gouvernement et le parlement. Nous prenons acte à regret que les grévistes ne croient pas à ce processus», avait-elle commenté.

A Genève aussi

Près de 2500 personnes, selon la police cantonale, sont descendues dans les rues genevoises. Partis de la rive droite, le cortège composé principalement de jeunes a rallié sans incident la Plaine de Plainpalais en criant les slogans qui accompagnent régulièrement ces manifestations: «Et un, et deux et trois degrés: c'est un crime contre l'humanité».

Les manifestants ont fustigé les banques lors de leur passage devant les grands établissements financiers. Ils ont également crié leur colère pour que les gouvernements agissent immédiatement. L'ambiance était toutefois bon enfant avec beaucoup de musique et des pancartes ironiques.

(frb/ats)

L'espace commentaires a été désactivé
L'espace commentaires des articles de plus de 72 heures est automatiquement désactivé en raison du très grand nombre de messages que nous devons valider sur des sujets plus récents. Merci de votre compréhension.

Les commentaires les plus populaires

  • Jacot le 27.09.2019 11:26 Report dénoncer ce commentaire

    Congé et congé

    Je comprends pourquoi le niveau scolaire est bas sur Lausanne.....

  • Debleu le 27.09.2019 11:31 Report dénoncer ce commentaire

    Mais bien sûr...

    Les même sales gosses qui fument, boivent et salissent les espaces publics ? Mouai... Ou les même qui dès qu'ils auront leurs 1er contrat professionnel iront vite s acheter une grosse voiture pour la montrer au copains ? Allez les mômes, retourner a l'école !

  • Le peuple le 27.09.2019 11:40 Report dénoncer ce commentaire

    Climatototo

    Oui et ça va changer quoi ? On a plus pollué ce matin avec les détours que l'on a fait et lundi ? On retourne au travail on peux bien mettre 1.- de plus sur l'essence mais ou c'est l'implosion du système chose qui va pas arriver ou ça continuera la même chose SAUF pour les petit gens qui eux pourons juste payer l'essence pour aller bosser et ils regarderons les riches ce promener en belle voitures prendre l'avion à leurs guise et regarder a le télé leurs magnifique yacht eux profiteront et les regarderons vlà tous ce qui va changer

Les derniers commentaires

  • Yvan Descloux-Rouiller le 01.10.2019 14:41 Report dénoncer ce commentaire

    Etrange

    Tous ces jeunes sont sportifs et pourtant ils ne parlent pas des stades de foot ou d'athlétisme du Qatar qui sont climatisés et qui bouffe de l'énergie ! Pourquoi Greta ne va pas la ramener sur place ? Les Khmers Verts nous e..erdent ici mais ils s'écrasent concernant le gaspillage au Qatar !! Je pense qu'ils ont la trouille de finir derrière les barreaux donc c'est des pleutres !!

  • Savapal Bokal le 01.10.2019 09:39 Report dénoncer ce commentaire

    Réfléchir

    Les 50 jeunes lucernois qui vendent de la drogue n'ont pas le temps de manifester car, eux, ils bossent !!! A part ça personne se demande qui tirent les ficelles de la marionnette Greta ? Qui paie ses voyages, ses hôtels, ses repas ? Avant de soutenir ce guignol faut réfléchir. Hélas c'est trop demander aux incultes qui se contentent de brâmer dans les rues !!

  • Jeunes premiers. le 29.09.2019 22:50 Report dénoncer ce commentaire

    Allez : top là !!!

    Tout les week-end ramassage des ordures de jeunes faites par des jeunes. Interdiction formelle d'aller chez mc do, de manger des sushi, de boire et consommer dans du plastiques, ne plus fumer, ne plus utiliser internet, ne plus voyager, ne plus avoir de portable (batteries polluante). Alors les jeunes ... prêts pour c hanger v otre a venir ???

  • Hein Béciles le 29.09.2019 18:45 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Ras le bol

    C'est bon on a compris , arrêtons de nous les casser avec ce théâtre .

  • Démocrate le 29.09.2019 12:08 Report dénoncer ce commentaire

    Convaincre vos concitoyens!

    Lorsquune minorité impose un blocage quelconque à la majorité de leur concitoyens, il sagit bien daction non-démocratique. Le problème provient du fait que tout le monde est daccord quil faut agir mais la majorité des citoyens nest pas encore daccord sur les méthodes concrètes daction. Personne na de solutions à court terme pour résoudre ce problème très complexe qui touche tous les aspects de la vie moderne. Le respect de la démocratie nest pas négociable malgré lurgence climatique car lalternative serait le chaos, la division des citoyens suisses voir laffrontement civil.

    • leone le 30.09.2019 11:01 Report dénoncer ce commentaire

      Urgence

      L'urgence climatique n'existe pas. Le problème est la surpopulation

    • Manuel le 04.10.2019 16:24 Report dénoncer ce commentaire

      @Démocrate

      Votre commentaire est très intéressant! Voilà une autre manière de voir la situation: la majorité des scientifiques nous dit (depuis 30 ans) qu'il faut agir. La majorité des pays (197 pays) ont signé l'Accord de Paris, se sont engagés à agir... Mais les actions restent insuffisantes. Les manifs sont un des seuls moyens pour les jeunes d'interpeller le politique, et l'inciter à prendre la mesure du problème.