Mobilité

08 décembre 2011 17:11; Act: 08.12.2011 19:19 Print

Les transports publics prisés par les frontaliers

A Genève, les frontaliers prennent les transports publics lorsqu'ils existent.

Une faute?

Une enquête menée sur la mobilité aux frontières vaudoises et françaises du canton de Genève révèle que la proportion de personnes utilisant ce mode de transport a augmenté de 48% en six ans.

D'après cette enquête réalisée en 2011 et troisième du genre après 2002 et 2005, les pendulaires privilégient toujours les transports individuels. Mais ils sont de plus en plus nombreux monter dans un bus ou un train: le taux de déplacements en transports publics est passé de 10% en 2002, à 16% en 2011, ont indiqué jeudi devant les médias les auteurs de l'enquête à Archamps (F), près de Genève.

Depuis 2005, la hausse des usagers des transports publics a été de 82% depuis la France et de 275% via Saint-Julien (F) grâce aux nouvelles lignes de bus, a souligné Raymond Mudry, vice-président du Conseil général de la Haute-Savoie (F). Michèle Künzler, conseillère d'Etat chargée du Département de la mobilité, a salué le développement de la ligne ferroviaire depuis Bellegarde (F).

D'une manière générale, si les passages frontaliers ont augmenté de 20% en dix ans, tous modes de transports confondus, cette enquête montre que, depuis deux ans, la majorité des nouveaux venus utilisent les transports publics, a souligné Mme Künzler. D'où la nécessité d'améliorer la desserte grâce au CEVA mais aussi aux trams transfrontaliers prévus pour Annemasse (F), St-Genis (F) et St- Julien (F).

Moins de 15 kilomètres

Afin de réduire le trafic, la ministre préconise aussi une vraie politique de stationnement. Or 90% des automobilistes utilisent un parking situé à leur destination finale et gratuit pour 60% d'entre eux. «Pour changer les habitudes, il faut faire payer le stationnement mais aussi encourager le covoiturage», estime-t-elle. Le taux d'occupation des voitures se situe à 1,27 personne.

Selon cette enquête, plus de 550'000 personnes entrent et sortent du canton chaque jour ouvrable, dont un tiers venant de Suisse et deux tiers de France. Les trois quart des déplacements ont leur origine à moins de 15 kilomètres des frontières genevoises. Le nombre de motos et scooters a augmenté de 58% depuis 2005.

L'enquête réalisée en 2011 porte sur 34 axes routiers entre la France et Genève ainsi qu'entre le canton de Vaud et celui de Genève, contre 23 en 2005. Elle couvre ainsi 98% des flux routiers entrant dans le canton. Le taux de retour des questionnaires distribués s'est élevé à 23%, contre 19% en 2005. Une campagne de comptages exhaustifs a eu lieu en parallèle.

(ats)

L'espace commentaires a été désactivé
L'espace commentaires des articles de plus de 72 heures est automatiquement désactivé en raison du très grand nombre de messages que nous devons valider sur des sujets plus récents. Merci de votre compréhension.

Les commentaires les plus populaires

  • La Gazelle le 09.12.2011 09:43 Report dénoncer ce commentaire

    Demandez aux habitants des communes !

    L'enquête de Mme Michèle Künzler ne dit pas qu'un grand nombre de frontaliers se garent dans les communes sur les places journées ainsi ils ne payent rien.Ils ne viennent pas à pied depuis la France comme j'ai entendu à la radio ! ! !

  • pao_ge le 08.12.2011 18:16 Report dénoncer ce commentaire

    C'est un gag?

    C'est un gag! Le matin et le soir il y a 75% de plaques françaises sur la francilienne (autoroute de contournement). Il y en a jamais eu autant!

  • fred le 08.12.2011 18:11 Report dénoncer ce commentaire

    Mouais

    Avec un taux de réponse aussi bas, on peut vraiment se poser la question de la représentativité de l'échantillon...

Les derniers commentaires

  • La Gazelle le 09.12.2011 09:43 Report dénoncer ce commentaire

    Demandez aux habitants des communes !

    L'enquête de Mme Michèle Künzler ne dit pas qu'un grand nombre de frontaliers se garent dans les communes sur les places journées ainsi ils ne payent rien.Ils ne viennent pas à pied depuis la France comme j'ai entendu à la radio ! ! !

    • Gégé le 09.12.2011 17:46 Report dénoncer ce commentaire

      Bien dit!

      C'est bien vrai, de moins en moins de place de parking. Devant chez moi, il y a les voitures des travailleurs frontaliers la journée et la nuit les véhicules des entreprises qui les emploient. L'état de Genève fait tout pour dégouter l'automobiliste en ville, ainsi c'est les petites communes qui trinquent.

  • lulu le 09.12.2011 08:45 Report dénoncer ce commentaire

    Arnaque

    On se moque de qui dans ce pays? Mon employeur ma retiré mon parking pour le donner a des frontaliers. Mais attention des frontaliers qui habitent à la frontière non non ils ont des plaques ménéralogique venant des départements suivant: 13,39,75,26 et j'en oublie. Alors ça c'est des sacée frontaliers. On se moque de qui?????

  • pao_ge le 08.12.2011 18:16 Report dénoncer ce commentaire

    C'est un gag?

    C'est un gag! Le matin et le soir il y a 75% de plaques françaises sur la francilienne (autoroute de contournement). Il y en a jamais eu autant!

  • fred le 08.12.2011 18:11 Report dénoncer ce commentaire

    Mouais

    Avec un taux de réponse aussi bas, on peut vraiment se poser la question de la représentativité de l'échantillon...

  • Julie le 08.12.2011 17:54 Report dénoncer ce commentaire

    Info ou INTOX ?

    Tiens tiens, est-ce une manière de duper la population genevoise ? Dans ma société où je travaille, il y a 90% des frontaliers et presque tout le monde (ces 90%) prend sa voiture pour venir au boulot ! Mme Michèle Künzler a bel et bien défendu ses projets de trams, dis donc, bravo !