Vaud

03 octobre 2019 12:19; Act: 03.10.2019 15:36 Print

Même malade, le «Violeur de Gland» fait peur

Un pédophile suisse de 70 ans atteint de cancer généralisé a demandé une libération conditionnelle. La justice a dit non à cause du risque de récidive.

storybild

L'ancien gestionnaire de fortune âgé de 70 ans a demandé en vain sa libération conditionnelle. Le violeur condamné à 10 ans de prison et à l'internement souffre d'un cancer généralisé mais le risque de récidive est un obstacle à sa libération. (Photo: Keystone/Salvatore di Nolfi)

Sur ce sujet
Une faute?

Après avoir purgé les trois quarts de sa peine, celui que la presse romande appelle le «Violeur de Gland» ou le «Pédophile de Gland» a demandé en vain une libération conditionnelle. Le Suisse de 70 ans avait notamment abusé d'une jeune fille de 11 ans dans la buanderie d'un immeuble à Gland en 2011 et a également sévi dans le canton de Genève entre 2007 et 2010.

Mercredi soir, le Tribunal de Nyon (VD) a suivi les avis de l'office d'exécution des peines, des Établissements pénitentiaires de la plaine de l'Orbe et d'un psychiatre, signale «La Côte».


Absence d'érection ne signifie pas absence de danger

La Cour a refusé la libération conditionnelle de l'ex-gestionnaire de fortune condamné à 10 ans de prison et à l'internement pour viol qualifié. Le septuagénaire suisse, qui souffre d'un cancer généralisé, affirme avoir des problèmes érectiles. Devenu croyant, il a en outre déclaré que désormais son intérêt se portait sur le spirituel. La Cour n'a pas voulu prendre le moindre risque. «Les pathologies dont souffre le condamné altèrent sa dangerosité. Mais le risque de récidive est estimé à 50%», ont indiqué les juges.
Selon eux, même gravement malade, le «Violeur de Gland» reste potentiellement dangereux pour la société.

(apn)