28 mars 2008 18:59; Act: 28.03.2008 21:22 Print

Manifestation contre «la flamme de la honte» à Lausanne

Environ 200 manifestants, dont une poignée de Tibétains, ont manifesté vendredi soir devant le Musée olympique à Lausanne pour protester contre l'itinéraire de la flamme olympique et son passage sur le territoire tibétain.

Voir le diaporama en grand »

Une faute?

Les manifestants ont rebaptisé «flamme de la honte» la fête «tout feu tout flammes» organisée le même soir par le musée.

Prévue dans le cadre de l'exposition «Bejing 2008», la fête célébrait l'allumage de la flamme olympique la semaine dernière en Grèce. Au programme: des spécialités culinaires chinoises, un spectacle son et lumière avec DJs chinois venus de Pékin. Les feux d'artifice prévus ont été annulés au dernier moment.

«Pas de flamme(s) au Tibet», pouvait-on lire sur une banderole. La manifestation se voulait un appel au Comité international olympique (CIO) afin qu'il renonce à faire passer la flamme olympique par le territoire tibétain, qu'il contribue à nouer le dialogue entre la Chine et le gouvernement tibétain en exil ainsi que le Dalaï Lama. Les manifestants demandaient aussi au CIO d'intervenir auprès de la Chine pour qu'elle apporte des preuves d'améliorations de la situation des droits de l'homme au Tibet avant les JO.

Les Tibétains en exil ont rebaptisé «flamme de la honte», la fête organisée par le Musée olympique en raison notamment du «silence» du président du CIO Jacques Rogge, alors que des violences sont survenues au Tibet ces dernières semaines. «Mais il n'est pas trop tard pour que le CIO sorte de son mutisme et agisse en faveur du Tibet, de ses idéaux, de sa propre image, de ses intérêts financiers et de l'image du sport mise à mal depuis quelque temps».

Mardi dernier, près de 600 manifestants tibétains s'étaient déjà rassemblés pacifiquement devant le siège du CIO à Lausanne pour remettre un appel écrit à son président. Ils lui demandaient notamment de prendre position face à la Chine, pays hôte des JO, après les violences survenues ces derniers temps contre des Tibétains.

(ap)