Vaud

27 juin 2018 09:04; Act: 27.06.2018 10:11 Print

Migrants qualifiés sur le pont de l'emploi

par Abdoulaye Penda Ndiaye - Un projet-pilote vaudois veut favoriser l'intégration des étrangers par leur employabilité. Il vise notamment des diplômés ayant fui des zones de conflit pour trouver refuge en Suisse.

storybild

François Egger, le patron à l'origine du programme SwissStart pour les migrants qualifiés.

Une faute?

«Des migrants bien formés et qualifiés, qui après leur arrivée en Suisse restent hors du marché de l'emploi pendant quatre à cinq ans, c'est une perte pour tout le monde. Les intégrer dans le marché de l'emploi représente une richesse et une opportunité à saisir pour l'économie suisse. C'est ce qui m'a incité à mettre en place le programme SwisStart. Une famille au social, c'est 100 000 francs par an pour la société», avance l'entrepreneur vaudois François Egger. Cet homme qui dirige aussi InnoPark, structure spécialisée dans l'employabilité des chômeurs hautement qualifiés, déclare que «le programme SwisStart est la première mesure pour les migrants hautement qualifiés en Suisse». Avec pour objectifs de «dynamiser et stimuler les compétences des migrants et les sortir du communautarisme en les mélangeant avec d'autres demandeurs d'emploi en vue d'une intégration dans le marché de l'emploi».

«Comme un contre-la-montre»
Chef de projet de ce programme logé au cœur du Parc scientifique et technologique d'Yverdon-les-Bains, Jean-Christophe Schütz évoque une «course contre-la-montre pour valider les diplômes du migrant, le préparer à son nouvel environnement socio-professionnel et lui trouver un stage». Il assimile toutes ces étapes à «une impulsion vers l'emploi».

Professeur à la HEIG-VD et à la tête de la structure ViaCam, Cédric Bornand ne tarit pas d'éloges sur un de ses stagiaires. «Il est très bien formé et est très à l'aise dans les technologies Microsoft et la mise en réseau des dispositifs dans un concept industriel. A la fin de son stage, je compte l'embaucher», encense-t-il. L'homme auquel il fait allusion est un ingénieur-informaticien qui, du jour au lendemain, a fui sa patrie à cause des brimades du régime en place. Encore traumatisé par son vécu dans son pays, il n'a pas souhaité s'exprimer.


Premier canton séduit par SwisStart, Vaud finance ces mesures individuelles d'une durée de neuf à douze mois. Un délai qui sert à permettre au migrant de se préparer à mettre le pied à l'étrier de l'emploi. Cours de français, formations et ateliers, préparation d'un projet professionnel, stage, coaching sont les différents points de ce programme qui vise à unir intégration et économie.

http://swisstart.ch/