Drame de Bochuz

30 décembre 2010 12:00; Act: 07.11.2013 16:11 Print

Non-lieu général dans l'affaire Skander Vogt

par Renaud Bournoud - Le juge d’instruction a rendu jeudi son ordonnance sur l’affaire du détenu mort dans sa cellule de Bochuz, le 11 mars. La justice ne poursuivra pas le gardien, le personnel médical et la directrice.

Voir le diaporama en grand »

Sur ce sujet
Une faute?

«La cause principale du décès de Skander Vogt est à mettre sur le compte de Skander Vogt lui-même, qui a mis le feu au matelas de sa cellule, non sans avoir menacé à plusieurs reprises les gardiens», relève le juge d’instruction dans son ordonnance de 19 pages rendue public jeudi. Il avait été saisi par la famille du détenu, qui reproche au personnel pénitentiaire et médical d’avoir laissé mourir asphyxié le jeune homme âgé de 30 ans.

«Si aucune infraction pénale ne peut être retenue, en revanche, le comportement de certains des prévenus n’a pas toujours été adéquat et conforme aux directives ou règles de l’art en matière médicale et a justifié une enquête approfondie avec la nécessité notamment d’ordonner des expertises. Il se justifie dès lors de répartir entre cinq des prévenus une partie des frais de justice arrêtés à 3500 francs», indique le juge. La médecin arrivée au mieux cinq minutes avant l’arrêt respiratoire du détenu n’a guère eu le temps de réaliser l’importance du danger de mort. On ne peut peu donc rien lui reprocher, selon l’ordonnance.

Skander Vogt, incarcéré depuis 1999, était un détenu problématique. L’ordonnance souligne qu’il avait déjà incendié sa cellule et menacé ses gardiens avant la nuit dramatique du 11 mars.

«Trop tard, ça flambe»

Cette nuit-là vers 0h50 aux Etablissements de la plaine de l'Orbe (EPO), le détenu appelle la centrale de la prison et dit très calmement: «Au revoir et à dans un autre monde». Avant d’ajouter: «Trop tard ça flambe.»

Si les gardiens ont tout de suite réagi en se rendant sur place et en éteignant le feu avec une lance, il n’ont pas sorti immédiatement Skander Vogt de sa cellule. Les gardiens ont cru que le détenu simulait un évanouissement.

Les propos orduriers des conversations téléphoniques entre les gardiens et la gendarmerie, qui avaient été relatés par la presse et avaient choqué l’opinion publique, sont tempérés dans l’ordonnance. «Il y a lieu de relever que si certains propos tenus lors des conversations téléphoniques entre l’opérateur [de la centrale] et ses interlocuteurs gendarmes - qui n’étaient pas sur place – ont pu être considérés comme inadéquats et déplacés, voire grossiers, ils sont sans rapport avec l’attitude et les comportements des personnes sur place qui ont prévalus durant cette nuit du 10 au 11 mars 2010. A aucun moment, il n’a été question de laisser volontairement mourir Skander Vogt», note le juge d’instruction.

L'espace commentaires a été désactivé
L'espace commentaires des articles de plus de 72 heures est automatiquement désactivé en raison du très grand nombre de messages que nous devons valider sur des sujets plus récents. Merci de votre compréhension.

Les commentaires les plus populaires

  • Morgarten le 30.12.2010 18:11 Report dénoncer ce commentaire

    @Avatar - Oui et alors ?

    Vogt n'a pas été condamné à 24 mois pour avoir vendu du muguet, ou bien ?. Vous parlez des problèmes psychologiques des "chers" détenus, mais c'est quand même bien eux qui se sont mis dans leur pétrin, ou bien ?. Bon nombre de pauvres vieux, condamnés à perpète dans les EMS, ne bénéficient pas des soins et des luxueux avantages prodigués à la crapule, avec laquelle ils échangeraient volontiers leur place. Un peu de décence tout de même !.

  • A. Nonyme le 30.12.2010 12:56 Report dénoncer ce commentaire

    Mais quel bande de pétochards ces matons !!!!!!!!!

    "Si les matons ont tout de suite réagi en se rendant sur place et en éteignant le feu avec une lance, ils n'ont pas sorti immédiatement Skander Vogt de sa cellule. Les gardiens craignaient que le détenu feigne l'évanouissement pour leur sauter dessus lorsqu'ils lui porteraient secours. Comme Skander Vogt l'avait déjà fait par le passé." Ils sont équipés de spray et de menottes non ??? Bref je vous dis pas bravo....

  • grütli le 31.12.2010 07:23 Report dénoncer ce commentaire

    Le moins que l'on puisse dire

    est, que c'est surprenant tout de même.Pour être sauvé à temps, le prisonnier doit-il présenter son CV? Tout homme a droit au même traitement, quoi qu'il ait fait. Les enregistrements tél., qui reflétaient un certain état d'esprit, tout à fait inacceptables n'ont-ils pas été pris en compte? Qui protège qui?

Les derniers commentaires

  • Laurent le 12.01.2011 11:35 Report dénoncer ce commentaire

    @grütli le 31.12.2010 - quand on perd ses propres

    Tout homme a droit à un même traitement... pas vraiment. Certain sont privé de liberté à cause de ce qu'ils ont fait. Un criminel n'a plus les même droits que les autres. Vous ne comprenez pas que ce monsieur est dangereux ? C'est pourquoi il est resté en prison au delà de sa peine initiale. On ne manipule pas n'importe comment les produits chimiques dangereux, de même pour les criminels.

  • grütli le 31.12.2010 07:23 Report dénoncer ce commentaire

    Le moins que l'on puisse dire

    est, que c'est surprenant tout de même.Pour être sauvé à temps, le prisonnier doit-il présenter son CV? Tout homme a droit au même traitement, quoi qu'il ait fait. Les enregistrements tél., qui reflétaient un certain état d'esprit, tout à fait inacceptables n'ont-ils pas été pris en compte? Qui protège qui?

    • bishöf le 01.01.2011 00:40 Report dénoncer ce commentaire

      tout à fait d'accord avec vous

      +1

    • mouais le 01.01.2011 16:06 Report dénoncer ce commentaire

      Pas d'accord

      Si tout homme a droit au même traitement quoiqu'il ait fait, ça voudrait dire qu'on ne peut pas mettre les criminels en prison parce que ça serait de la discrimination envers les criminels. Dans le monde réel vous aurez plus de chance d'être sauvé rapidement si ceux qui doivent vous sauver n'ont pas à craindre que vous les agressiez.

  • Morgarten le 30.12.2010 18:11 Report dénoncer ce commentaire

    @Avatar - Oui et alors ?

    Vogt n'a pas été condamné à 24 mois pour avoir vendu du muguet, ou bien ?. Vous parlez des problèmes psychologiques des "chers" détenus, mais c'est quand même bien eux qui se sont mis dans leur pétrin, ou bien ?. Bon nombre de pauvres vieux, condamnés à perpète dans les EMS, ne bénéficient pas des soins et des luxueux avantages prodigués à la crapule, avec laquelle ils échangeraient volontiers leur place. Un peu de décence tout de même !.

  • Laurent le 30.12.2010 17:06 Report dénoncer ce commentaire

    Merci

    Merci pour cette décision pleine de bon sens, n'en déplaise à ceux qui voient des conspirations partout et doutent de tout : les faits sont là !

  • goodbouchon le 30.12.2010 14:41 Report dénoncer ce commentaire

    Les copains d'abord

    Mais comment ose-t-on féliciter un juge qui prononce un non-lieu tout en admettant des erreurs ? Même le juge a dit que "jamais on n'a laissé mourir volontairement"..... mais on a laissé mourir !!! Alors que ce gars, il avait vraiment pas fait grand mal jusque là. Puisse sa mort faire non pas mal, mais de l'ordre dans une justice pourrie et complice!