Lausanne

01 septembre 2019 22:26; Act: 01.09.2019 22:27 Print

Noyée sous les fientes, elle doit se débrouiller seule

par Francesco Brienza - Une retraitée se bat contre sa régie depuis que des pigeons ont souillé son balcon. A 75 ans, elle refuse de récurer elle-même.

Sur ce sujet
Une faute?

«Je suis partie trois semaines, c'était nickel, et maintenant regardez ça... Pour moi qui suis maniaque, c'est dur à avaler.» Georgette Jaccaud a eu une désagréable surprise en rentrant de vacances, le 18 août dernier. Son balcon, d'habitude si propre, était recouvert de fientes de pigeons. «Il y en aurait quelques-unes, ce serait normal, j'aurais passé le balai, reprend-elle. Mais là, il y a un vrai souci.» Locataire depuis 36 ans dans cet appartement du quartier de Bellevaux, Georgette pensait simplement s'en remettre à sa gérance. Mal lui en a pris. «Je les ai appelés, ils n'en ont rien eu à faire, déplore la retraitée. A 75 ans, c'est moi qui suis censée me mettre à genoux pour racler. Eh bien, il n'en est pas question!»

Furieuse, elle a décidé de ne rien toucher et de faire appel à l'ASLOCA. Elle refuse également de payer de sa poche la remise en état. Et l'association de défense des locataires semble lui donner raison. «Ces souillures ne sont pas de la responsabilité de la locataire et les éliminer ne fait pas partie de ce que l'on appelle les menus travaux d'entretien, estime Renaud Jaccard, juriste à l'ASLOCA. Surtout que les oiseaux s'installent sur des parties souvent inaccessibles aux simples locataires.» Pour lui, c'est simple: Georgette peut aller de l'avant avec une mise en demeure et la consignation du loyer pour défaut de la chose louée.

De son côté, la gérance explique qu'elle a proposé à la locataire concernée de faire intervenir une entreprise, mais à ses propres frais. «Elle a catégoriquement refusé, note David Binggeli, responsable de la régie. Même si nous comprenons la situation de la locataire ainsi que son refus de prise en charge, nous sommes malgré tout tenus de nous conformer aux directives en la manière.» Des directives interprétées différemment dans les deux camps, qui pourraient bien être amenés à se retrouver très bientôt en commission de conciliation.