Triple meurtre de Vevey (VD)

28 juin 2011 11:41; Act: 28.06.2011 16:07 Print

Pas d'enquête contre le procureur

Le procureur général vaudois Eric Cottier échappe à une enquête administrative dans l'affaire du triple meurtre de Vevey (VD).

Sur ce sujet
Une faute?

Le Bureau du Grand Conseil juge «infondée» la dénonciation pour violation de la présomption d'innocence lancée par l'homme condamné à la perpétuité.

Dans un communiqué, le bureau du Grand Conseil indique mardi avoir fait appel aux conseils du professeur Robert Roth, de la Faculté de droit de l'Université de Genève. Sur la base de son analyse, le bureau considère que le procureur «n'a pas violé les devoirs de sa charge ni outrepassé sa marge de liberté d'expression».

Pas de critique

Formellement, le professeur Roth a jugé que le bureau du Grand Conseil était compétent pour se prononcer. Sur le fond, Robert Roth estime douteux que le procureur ait eu la faculté de violer la garantie de présomption d'innocence. Même si cela avait été le cas, il est manifeste que ses déclarations échappent à la critique, selon le communiqué.

Les propos du procureur général ne se sont pas inscrits dans le cadre d'une campagne de presse orchestrée. Eric Cottier a en outre choisi ses mots et n'a pas cherché à créer l'ambiguïté dans l'esprit du public ou des jurés, explique le bureau.

Deux procès

L'homme a été condamné à la prison à vie pour avoir tué fin 2005 sa mère, une amie de celle-ci et fait disparaître sa soeur. Il clame toujours son innocence et attend que le Tribunal fédéral se prononce sur son recours.

Le prisonnier estime qu'Eric Cottier a violé la présomption d'innocence en déclarant être convaincu de sa culpabilité à 100% alors qu'une demande de révision du premier procès était en cours. Le deuxième procès a confirmé le premier verdict.

Réactions opposées

Son défenseur, Me Robert Assael, «persiste à considérer que la charge de procureur imposait à Eric Cottier une retenue» et qu'il a «influencé très clairement le public, en particulier les jurés», indique-t-il à l'ats. De son côté, Eric Cottier a fait part «de sa satisfaction» après la décision du bureau. Ainsi, «on ne muselle pas la liberté d'expression d'un procureur dans la phase des débats».

(ats)