Vaud

08 novembre 2018 17:11; Act: 08.11.2018 18:06 Print

Pas de prison pour l'avocat qui plumait ses pupilles

par Christian Humbert - Le Tribunal de Lausanne a infligé une peine de deux ans, mais avec sursis, à un homme de loi qui a dépouillé ses pupilles.

storybild

L'accusation aurait voulu une peine ferme, mais les juges ne l'ont pas suivie. (Photo: DR)

Sur ce sujet
Une faute?

Au grand dam d'une partie du public, l'avocat délinquant n'ira pas en prison. Le Tribunal correctionnel de Lausanne a en effet décidé de suivre la défense plutôt que la procureure: Serge*, 42 ans, a été condamné à 24 mois de prison avec sursis pour abus de confiance qualifié.

L'accusation aurait voulu rajouter 6 mois de prison ferme à cette sanction, que l'ex-avocat aurait purgés sans condition particulière puisqu'il ne travaille plus et vit des aides publiques.

Fuite en Floride

Présenté comme aussi brillant que prétentieux, l'homme de loi avait dépouillé des pupilles dont il devait gérer les biens, sur mandat du Canton de Vaud. Il avait aussi abusé de clients qui lui avaient avancé de l'argent pour les conseiller.

Sitôt informé de la procédure ouverte contre lui, il avait fui en Floride avec 150'000 dollars. Il était toutefois rentré pour se constituer prisonnier, sur conseil de ses confrères, et avait passé quatre jours en cellule.

Le quadragénaire a fait profil très bas à l'audience ouverte lundi, n'hésitant pas à affirmer que son comportement était «à vomir». Les juges ont utilisé un autre langage pour souligner son «comportement indigne d'un homme de loi assoiffé de réussite sociale». «Il a trahi la confiance de la profession et de l'Etat». Le Canton a d'ailleurs dû passer à la caisse pour rembourser les pupilles lésés.

Suspendu et radié du barreau

L'avocat a été suspendu par le canton dans l'attente de ce jugement, qui ne devrait pas donner lieu à un appel. Il a en revanche été radié du barreau, non pour les faits pour lesquels il vient de comparaître mais parce qu'il a des actes de défaut de biens.

Son comportement a été expliqué par le désir de Serge, élevé par ses grands-parents, de mener très grand train de vie avec des dépenses bien au-delà de ses revenus.

*Prénom d'emprunt