Vaud

06 janvier 2015 18:57; Act: 06.01.2015 19:08 Print

Petit «oui» à une motion visant la régulation du lynx

Le Grand Conseil vaudois a accepté mardi à une faible majorité une motion visant à réguler la présence du lynx.

Sur ce sujet
Une faute?

Outre le tir ou le déplacement des animaux, le texte propose de contrôler les naissances en pratiquant l'hystérectomie chez la femelle et la vasectomie chez le mâle.

Dans sa motion, Dominique-Richard Bonny (PLR) indique que la population de lynx est en forte hausse dans le Jura, les Préalpes et le Plateau. Se basant sur des chiffres 2012 du Service de la faune, le Jura compte 15 bêtes et les Préalpes 9. A quoi s'ajoutent les individus non répertoriés.

Pour la majorité de la commission, la situation est problématique. Ainsi, le PLR Albert Chapalay a souligné que le nombre de lynx a considérablement augmenté suivant les régions alors que «le gibier est en conséquence en diminution». Et de rappeler que le prédateur mange un ongulé par semaine, soit environ 800 par an à la Vallée de Joux.

Rien d'alarmant

Reste que, de l'avis de la minorité de la commission, la situation n'est pas aussi alarmante que le dit le motionnaire. Et Alexandre Rydlo (PS) de rappeler que le lynx est un animal protégé par la loi fédérale sur la chasse qui ne peut être tiré qu'avec l'assentiment de Berne.

«La politique en matière de grands prédateurs est régie exclusivement par la Confédération», a-t-il insisté. Des mesures comme la stérilisation ne sont pas autorisées et tout plan d'action revient à la Confédération. Selon lui, la motion n'est donc pas recevable.

Quid des chasseurs?

A quoi la Vert'libérale Claire Richard a ajouté quelques chiffres datant de 2013: près de 1000 ongulés sauvages sont tués chaque année par des voitures et 1000 sont tués par des chasseurs «pour le seul plaisir de ces derniers». D'autres voix se sont élevées pour souligner que les effets de la stérilisation de lynx en liberté étaient encore inconnus.

De son côté, la conseillère d'Etat Jacqueline de Quattro a beau eu rappeler qu'aucune attaque de bétail n'avait été enregistrée dans le canton, que les solutions de la Confédération ne la satisfaisaient pas non plus et que Vaud privilégiait la translocation vers d'autres pays ou cantons, les députés ne l'ont pas suivie. Par 67 voix contre 64, ils ont partiellement transmis le texte au Conseil d'Etat.

(ats)