Après l'affaire Skander Vogt

08 juillet 2010 11:29; Act: 07.11.2013 16:11 Print

Philippe Leuba fait le ménage

La cheffe du service pénitentiaire du canton de Vaud, Catherine Martin, est débarquée. Cette décision est directement liée à l'affaire Skander Vogt.

storybild

Le conseiller d'Etat Philippe Leuba (à gauche) et l'ancien juge federal Claude Rouiller. (Photo: Keystone)

Sur ce sujet
Une faute?

Philippe Leuba tire les conséquences de la mort de Skander Vogt à Bochuz (VD). Le conseiller d'Etat vaudois se sépare avec effet immédiat de la cheffe du Service pénitentiaire (SPEN). Le rapport Rouiller accélérera une profonde réforme du système, a-t-il assuré.

La responsable du SPEN, Catherine Martin, quitte ses fonctions «d'un commun accord», a déclaré jeudi devant la presse Philippe Leuba. «Madame Martin n'est pas à même de procéder aux réformes» nécessaires. «Elle n'a pas les qualités et l'autorité requises».

Davantage de places

Catherine Martin sera remplacée ad interim par Denis Froidevaux, chef du Service de la sécurité civile et militaire (SSCM). Le conseiller d'Etat a annoncé encore d'autres mesures pour améliorer la situation dans les prisons. Vingt places supplémentaires ont été créées pour désengorger les lieux de détention préventive.

Une aile nouvelle sera en outre construite à La Colonie avec 80 places à la clé. Un groupe de travail associant les partenaires, syndicats compris, sera mis sur pied afin d'améliorer les conditions de travail et l'information entre les différents niveaux hiérarchiques.

Fin de l'omerta

Philippe Leuba veut mettre fin à «l'omerta» au sein du service pour que tous soient associés à son fonctionnement. Il a révélé ces mesures à l'issue de l'enquête administrative de l'ancien juge fédéral Claude Rouiller après le décès de Skander Vogt, asphyxié dans sa cellule le 11 mars après avoir mis le feu à son matelas.

Le magistrat a livré un véritable réquisitoire sur tout ce qui a amené à la mort «absurde» du jeune homme de 30 ans. Skander Vogt a connu une enfance et une adolescence «innommables» qui ont profondément perturbé sa personnalité.

Ni malade ni criminel

Le détenu avait en fait exécuté sa peine de 20 mois en préventive mais au lieu de sortir il s'est retrouvé en internement pour une durée indéterminée. Il y est resté finalement 10 ans, jusqu'à sa mort.

Skander Vogt n'était «ni un malade mental ni un criminel dangereux». Pourtant, «il est vraisemblablement celui qui aura passé les plus longues périodes d'une vie dans un quartier de haute sécurité», a déploré Claude Rouiller.

Confusion et panique

Sur le fonctionnement de la prison, l'ancien juge ne s'est pas montré tendre, sans désigner toutefois d'éventuels coupables, une tâche qui appartient au juge d'instruction. Le soir de l'incendie, le personnel a confondu des directives et des pratiques bel et bien existantes.

De peur de transgresser des consignes, les gardiens ont fini par oublier l'essentiel: porter secours immédiatement à un détenu en danger. Les intervenants médicaux ont eux aussi trop respecté les procédures au détriment d'une action efficace.

Conformisme fatal

«Alexandre Vogt est mort en définitive à cause d'une consigne mal assimilée ou mal comprise par ceux dont la mission était de le protéger», a affirmé le magistrat. Le personnel s'est «retranché comme des robots derrière une consigne sécuritaire», allusion à la règle voulant qu'il faille attendre les forces spéciales (DARD) pour extraire un détenu «dangereux» de sa cellule.

Claude Rouiller s'est élevé en revanche contre «la rumeur ignoble» selon laquelle il y aurait eu «un laisser-aller délibéré» vis-à-vis du détenu. S'il y a eu des comportements «inadéquats», personne n'a voulu le laisser mourir.

Humaniser

Le magistrat a dénoncé le sous-effectif, la formation insuffisante des gardiens et l'absence de tout encadrement disponible sur place entre 22h00 et minuit. Il n'a pas caché aussi qu'il fallait s'interroger sur le régime de l'internement et sur les quartiers de haute sécurité, à «humaniser», selon Claude Rouiller.

En fin de conférence de presse, Philippe Leuba s'est dit «extrêmement touché par ce drame». «Je ne veux plus qu'un tel drame se produise» dans les prisons vaudoises.

(rnb/adi/ats)

L'espace commentaires a été désactivé
L'espace commentaires des articles de plus de 72 heures est automatiquement désactivé en raison du très grand nombre de messages que nous devons valider sur des sujets plus récents. Merci de votre compréhension.

Les commentaires les plus populaires

  • Harry le 08.07.2010 19:44 Report dénoncer ce commentaire

    @Wolfer Roland et Chuck Norris

    Je trouve que c'est une chose normale que quand un déséquilibré violent représente un danger pour la population on ne le relâche pas simplement dans la nature en attendant la prochaine victime juste parce qu'il a fait sa peine. La sécurité des honnêtes gens passe avant et c'est toujours comme ça que ça devrait se passer.

  • Albert Levert le 08.07.2010 18:25 Report dénoncer ce commentaire

    Pourquoi....

    avoir fait sauter un fusible. Pour ne pas assumer votre responsabilité Mr. Leuba. Vous avez la mort d'un détenu sur votre conscience. Mais en avez-vous une ? Un politicien de plus ! Rien d'autre. Après avoir menti sur le déroulement des faits, vous venez nous dire haut et fort que tout allait changer. Ah bon, encore des mensonges ?

  • Bernie le 08.07.2010 13:04 Report dénoncer ce commentaire

    Skander: un danger pour la société

    Je voudrais bien qu'on arrête de parler de ce prisonnier comme une victime innocente. Il était apparemment dangereux et en quartier de haute sécurité. Ce n'était pas un enfant de choeur et sa mort ne devrait pas plus nous émouvoir que cela...

Les derniers commentaires

  • Greg le 10.07.2010 16:54 Report dénoncer ce commentaire

    Pas à sa place

    S'il était considéré comme pas encore apte à être réinséré dans la société, en aucune façon il devait rester en haute sécurité autant de temps, ça l'a encore plus détruit ! Ce n'est pas pour rien qu'il agissait de la sorte d'ailleurs. De plus ce n'est pas SA faute sur comment est géré le système pénitencier, donc arrêtez aussi de le traiter comme de la m... !!! Tout n'est pas blanc ou noir...

    • Harry le 12.07.2010 15:28 Report dénoncer ce commentaire

      Soyez plus constructifs!

      Plutôt que de nous dire où il n'aurait pas fallu le mettre dites nous donc où il faut mettre les prisonniers comme lui. Ca sera plus utile pour les prochains. Je ne vois pas d'autre endroit que la haute sécurité pour mettre les prisonniers violents.

  • AAA le 09.07.2010 08:32 Report dénoncer ce commentaire

    On peut imaginer

    que ceux qui soutiennent les crapules qui sont en taule, sont également des crapules, donc leurs place n'est hors prison mais bien dedans,quand à leurs avis...ne pas en tenir compte.

    • Juste le 10.08.2010 22:42 Report dénoncer ce commentaire

      Justice

      C'est toi la crapule, facho! Et Skander n'était sûrement pas aussi pourri que les banquiers, juges, et policiers suisse. C'est eux qu'on devrait envoyer en prison

  • André le 09.07.2010 05:59 Report dénoncer ce commentaire

    Trés bonne décision!!

    Pour le reste, sur ce blog, ce n'est que des commentaires d'imbéciles malheureux qui reflètent bien l'image des moutons prolétaire de ce pays. (PS:on reconnaît la qualité d'un pays à son système carcérale et à ses droits de l'homme, et nous sommes censés être le pays des droits de l'homme)!!!

  • Harry le 08.07.2010 19:44 Report dénoncer ce commentaire

    @Wolfer Roland et Chuck Norris

    Je trouve que c'est une chose normale que quand un déséquilibré violent représente un danger pour la population on ne le relâche pas simplement dans la nature en attendant la prochaine victime juste parce qu'il a fait sa peine. La sécurité des honnêtes gens passe avant et c'est toujours comme ça que ça devrait se passer.

  • Albert Levert le 08.07.2010 18:25 Report dénoncer ce commentaire

    Pourquoi....

    avoir fait sauter un fusible. Pour ne pas assumer votre responsabilité Mr. Leuba. Vous avez la mort d'un détenu sur votre conscience. Mais en avez-vous une ? Un politicien de plus ! Rien d'autre. Après avoir menti sur le déroulement des faits, vous venez nous dire haut et fort que tout allait changer. Ah bon, encore des mensonges ?