Hécatombe de pigeons à Genève

01 février 2011 17:40; Act: 01.02.2011 18:22 Print

Pigeons lausannois pas inquiétés

par Renaud Bournoud - Le mode de vie très sédentaire des pigeons lausannois leur permet de se porter comme un charme pendant que leurs congénères genevois tombent comme des mouches, foudroyés par une épizootie.

storybild

Le pigeons des villes est un animal casanier. (Photo: Keystone)

Une faute?

«Il y a très peu d’échange entre les populations genevoises et lausannoises de pigeons, indique Gérard Cuendet, spécialiste de la question pour la Ville de Lausanne. Ils sont sédentaires et restent au centre de la localité, même s’il y a quelques aventureux qui vont chercher de la nourriture en périphérie», précise le biologiste.

Le caractère casanier du pigeon des villes devrait donc préserver les quelques 10'000 volatiles lausannois du mal qui frappe actuellement leurs semblables genevois. Ceux-ci succombent les uns après les autres à une épidémie de «pigeon paramyxovirus 1», ont révélé lundi les autorités du bout du lac. Un virus foudroyant dont les symptômes se signalent par des tremblements, une perte du sens de l’orientation, des atterrissages ratés et des torticolis. Mais certains pigeons y survivent.

Une maladie effrayante qui n’inquiète pas outre mesure Monsieur pigeons de la Ville de Lausanne. «Lorsqu’il y a une vague d’épidémie, la population se reconstitue très vite grâce à à leur fécondité impressionnante». Ces oiseaux ont la particularité de se reproduire en tout temps, été comme hiver. D’ailleurs, le spécialiste profite de rappeler qu’il ne faut pas donner à manger à ces bêtes, car la compétition alimentaire permet de réguler leur population.