Vaud

02 septembre 2019 19:20; Act: 02.09.2019 19:20 Print

Aider une patiente à mourir, un meurtre?

Un médecin généraliste basé à Pully sera jugé pour homicide vers la fin du mois, révèle «24 heures». En 2015, il avait administré du curare à une dame de 86 ans à l'agonie.

storybild

Le médecin vaudois aurait inoculé du curare à sa patiente qui agonisait. Pour le ministère public, il s'agit d'un homicide intentionnel. Le médecin sera donc jugé prochainement. (Photo: AFP)

Sur ce sujet
Une faute?

Les souffrances de la patiente de 86 ans semblaient abominables. Selon «24 heures», après plusieurs mois d'hospitalisation, la dame âgée souffrant de graves pathologies pulmonaires et cardiaques avait été autorisée à rejoindre momentanément son domicile dans la journée, en juin 2015. Mais ce jour-là, son état se serait gravement détérioré. «Après avoir suivi les deux premières étapes prescrites en fin de vie avec de la morphine pour apaiser des douleurs et un somnifère pour la faire dormir, sans succès, le médecin prend la décision d’accélérer le processus de la mort tant les râles agoniques de sa patiente sont déchirants», mentionne le quotidien vaudois. Le praticien aurait inoculé du curare (un médicament qui paralyse les muscles) à l'octogénaire. Interrogé par le journal, le médecin généraliste relève que «la patiente avait signé des directives anticipées claires et était capable de discernement».

Il était loin de se douter que cette affaire allait lui valoir des ennuis judiciaires. Dénoncé par un tiers, le docteur établi à Pully (VD) est poursuivi pour homicide. Il sera jugé dans les prochaines semaines. Le droit pénal suisse, contrairement à celui de la Belgique ou des Pays-Bas, proscrit l'euthanasie active directe. Toutefois, l'utilisation d'un traitement susceptible de réduire la durée de vie peut être admis dans certains cas, comme quand le but ultime est la volonté d'atténuer la souffrance et non d'abréger une vie. C'est ainsi que l’assistance au suicide est régie par des règles strictes. Dès 2012, en légiférant sur le suicide assisté en home et en hôpital, Vaud a joué un rôle de pionnier en Suisse.

Les médecins divisés face à la mort

L'automne dernier, l'Académie suisse des sciences médicales (ASSM) s'était prononcé en faveur de l'assistance au suicide de patients capables de discernement «en cas de souffrance insupportable». Mais la chambre médicale de la Fédération des médecins helvétiques (FMH) s'était montrée frileuse par rapport à cette notion de «souffrance insupportable» qu'elle estime trop floue et a ainsi rejeté les nouvelles directives de l'ASSM.

(apn)

L'espace commentaires a été désactivé
L'espace commentaires des articles de plus de 72 heures est automatiquement désactivé en raison du très grand nombre de messages que nous devons valider sur des sujets plus récents. Merci de votre compréhension.

Commentaires sélectionnés

Le sedatif ne marchant pas ... alors ce "docteur" utilise un curare ? (Cela revient à l'agonie d'étouffement tout en restant conscient) ... le curare n'aurait pas marché, la suite était une machette ? J'espère que cette affaire ne sera pas jugée dans l'ignorance de la méthode choisie pour faire partir cette dame. – Brucie

Les commentaires les plus populaires

  • DANIEL le 02.09.2019 19:35 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Acquittement total

    C'est triste mais je pense que le médecin a pris la bonne décision d'apaiser les souffrances de cette femme. On euthanasie les animaux souffrants mais on laisse nos semblables souffrir. Cette dame aurait dû aller chez un vétérinaire, elle serait ainsi mort dans la dignité

  • Florian le 02.09.2019 19:29 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Retour moyenâgeux

    Cette femme a décidé ce qui était bon pour elle-même. Point barre, fin de la discussion.

  • m. reconnaissant le 02.09.2019 19:37 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    ce qui fait de nous des êtres humains

    la justice inhumaine ne vous fera aucun cadeau. mais merci à vous. ce qui fait de nous des gens civilisés est de pouvoir choisir notre mort et si possible sans souffrance physique! courage à vous et j'espère que la famille donnera rapidement son avis, je le souhaite en votre faveur.

Les derniers commentaires

  • O. Vomaltine le 03.09.2019 18:43 Report dénoncer ce commentaire

    Difficile

    Un problème complexe et unique ou presque devant le tribunal. C'est ok. Une personne qui défigure à Montreux et la justice ne fair rien. Un arrête la souffrance, l'autre la donne. Un est jugé et risque beaucoup pour un geste difficile et l'autre une amende et on continue.

  • Lil' le 03.09.2019 16:25 Report dénoncer ce commentaire

    BRAVO

    ...et bien je lui tire mon chapeau à ce tout GRAND médecin...avec un immense BRAVO! ...et j'espère de tout coeur qu'il puisse continuer à pratiquer... ...être juger pour avoir un si grand Il doit être acquitté avec les honneurs! ...encore BRAVO Docteur!

  • Matt le 03.09.2019 12:34 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    lois merdiques

    Acquittement immédiat pour cet homme.

  • Un Passant Qui Passe. le 03.09.2019 12:25 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    JC

    Tu ne sais pas donner la vie, tu ne sais pas donner la mort. Cela est valable pour toutes créatures humaines ou pas.

  • Marthe Flo le 03.09.2019 11:46 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    et les soins intensifs ?

    il fallait la transfèrer à l'hôpital aux soins intensifs. Ils ont des médicaments très forts que seuls eux ont le droit d'administrer. Mon père a eu les même pathologie et même âge envieons, ils l'ont mis dans un coma artificiel, ils lui mis des doses de morphine par intraveineuse très fortes au point qu'il n'a pas souffert quand il est mort...car pour finir il n'y avait plus d'espoir mais tout a été fait sans souffrance.