Granges-Marnand (VD)

15 juillet 2014 11:58; Act: 15.07.2014 17:25 Print

Publication du rapport final sur le 2e accident

Un incident ferroviaire était survenu à Granges-Marnand (VD) en septembre 2013, deux mois après un accident mortel aux causes similaires. Les conclusions de l'enquête.

Voir le diaporama en grand »

Sur ce sujet
Une faute?

Les experts formulent des conclusions similaires à celles émises après la dramatique collision qui a eu lieu dans cette même gare deux mois plus tôt. Les CFF disent avoir déjà pris les mesures recommandées.

Le 16 septembre 2013, un train régional arrêté en gare de Granges-Marnand s'était remis en mouvement alors qu'il devait d'abord croiser un train venant en sens inverse. Grâce à l'intervention rapide du chef de circulation qui avait coupé le courant, le train s'était immobilisé après quelques mètres et personne n'avait été blessé.

Mardi, le Service d'enquête suisse sur les accidents (SESA) a publié son rapport final sur cet incident. Il pointe du doigt deux aspects déjà retenus dans ses conclusions sur l'accident du 29 juillet qui a fait un mort et 26 blessés dans cette même gare: un système de sécurité peu moderne et le poids de la routine dans le processus de départ.

Système vétuste

Dans les détails, les experts soulignent que l'absence d'équipements de sécurité adéquats (ZUB) dans cette gare de croisement où le double contrôle au départ du train n'est plus pratiqué a contribué à l'incident. Une situation à laquelle les CFF ont répondu en réinstaurant le double contrôle et en équipant cette gare, en avril, d'un système simplifié de surveillance de la vitesse ZUB.

L'ex-régie a en outre décidé d«équiper 21 gares de croisement aux configurations similaires d'un tel système. Les installations devraient être posées au plus tard à la fin 2015.

Routine dangereuse

Concernant le second point, soit l'aspect humain, les experts soulignent le poids de la routine lors du processus de départ, particulièrement dans le trafic régional. Les mécaniciens répètent ce processus de six points à de très nombreuses reprises. «Lorsque la routine s'installe (...) le processus en question est appliqué de manière aléatoire», poursuit le rapport.

«En trafic régional, on peut faire quinze arrêts en une heure et chaque fois devoir le reproduire. Cela demande une forte concentration», rappelle à l'ats Philippe Thürler, responsable rail et navigation ad intérim auprès du SESA.

Dans le rapport, le conducteur, qui en était à son sixième jour de travail consécutif, ne s'explique pas pourquoi le processus n'a pas été appliqué correctement. Du côté des CFF, on répète l'importance de procéder à toutes les mesures de contrôle. «La sécurité est au coeur de nos préoccupations», martèle la porte-parole Donatella Del Vecchio.

Réflexe salvateur

L'intervention d'un individu est saluée dans les conclusions, celle du chef de circulation qui a tiré une leçon du précédent drame. Dès qu'il a remarqué que le train se mettait en mouvement, l'homme a procédé au déclenchement d'urgence des lignes de contact provoquant l'immobilisation du train après 13 mètres. Personne n'a été blessé.

Le train régional qui s'était remis en mouvement à Granges-Marnand, ce 16 septembre vers 7h15 circulait de Lausanne en direction de Payerne. Il aurait dû attendre le croisement avec le RegioExpress en provenance de Payerne avant de redémarrer.

(ats)