Lausanne

05 février 2019 18:45; Act: 05.02.2019 18:45 Print

La Ville veut remettre l'arbre au milieu de la ville

La capitale vaudoise a rendu public, mardi, son plan pour le patrimoine arboré et forestier. Il va être mis en place pour les cent prochaines années.

storybild

Le parc naturel péri-urbain du Jorat est un des poumons verts de la capitale vaudoise.

Sur ce sujet
Une faute?

A l'heure du dérèglement climatique et de la densification urbaine, la ville de Lausanne estime «urgent de considérer l’arbre non pas comme un obstacle mais comme un allié afin de préserver la qualité de vie». A cette fin, la Ville a exprimé, mardi, sa détermination à «se mettre au service de l'arbre». Ce choix politique passe par des changements notamment sur le plan administratif et juridique avec la révision en cours du Plan général d’affectation qui aura une incidence directe sur la gestion et la valorisation des 1882 hectares de forêts lausannoises.

Selon Natacha Litzistorf, directrice du Logement, de
l’environnement et de l’architecture de Lausanne, la capitale vaudoise met en valeur le bois des forêts locales dans les chantiers en cours ou futurs. «La rénovation des écuries du Chalet-à-Gobet, la construction du bâtiment participatif du terrain d’aventure de Malley ou le projet de bâtiment scolaire de Béthusy constituent d’excellent exemples», a t-elle exprimé. Pour l'élue verte, le canton de Vaud constitue une sorte de «Silicon Valley» du bois grâce à ses hautes écoles, une scierie compétitive, des usines de charpente modernes et une production annuelle de 400'000 m3 de bois.

Premier des cent arbres majeurs au Parc de Milan

D'ores et déjà, la ville a mis en branle sa stratégie pour le long terme avec pour action-phare un arbre emblématique planté chaque année pendant un siècle. Le premier jalon s'est déroulé mardi avec la plantation d’un chêne au Parc du Milan. «Un guichet cartographique permettra au public d’identifier les arbres publics et les arbres remarquables», a poursuivi Natacha Litzistorf.

La ville de Lausanne a enfin fait part de son souhait d'inciter les propriétaires, les régies immobilières, les architectes et les constructeurs, les paysagistes, les forestiers et tous les acteurs ayant un lien avec l’arbre et la forêt à «adopter des pratiques respectueuses».

(apn)