Homos soignés à l'homéopathie

15 août 2018 06:59; Act: 15.08.2018 06:59 Print

«On s'aperçoit rapidement que c'est du charabia»

par Xavier Fernandez - Un toubib français établi à Lausanne a attiré l'attention des médias outre-Jura. Il préconise l'homéopathie pour traiter les gays et les lesbiennes.

storybild

Actif en Suisse depuis 2004, le Dr H. nie toute homophobie. (Photo: AFP)

Sur ce sujet
Une faute?

«L’homosexualité n’est pas une pathologie, mais un symptôme, et la matière médicale homéopathique comporte des remèdes agissant sur des patients présentant ce symptôme.» C’est par ces lignes que débute la page «Homosexualité» de medecine-integree.com.

Ce site, déniché par France­info, provoque un tollé dans les milieux médicaux et les associations LGBT. Or son auteur n’est autre que le Dr H.*, homéopathe et acupuncteur basé à Lausanne. Ce Français a même une autorisation de pratiquer la médecine à Genève.

Des dégâts d'image

«En lisant attentivement ce texte, on s'aperçoit rapidement que c'est du charabia», estime le médecin cantonal vaudois. Karim Boubaker s'étonne des confusions qui émaillent le site: «C'est d'autant plus surprenant s'agissant d'un médecin correctement formé. S'il était au bénéfice d'une autorisation sur le canton de Vaud, je le convoquerais immédiatement pour que, au minimum, il retire sa publication de la Toile. Cela dit, je ne pense pas qu'il ait fait trop de dégâts, sauf pour l'image de la profession.»

«Estomaqué» par ces propos

«Quand on m’a rapporté ces propos, j’ai été estomaqué. Je n’imaginais pas qu’un docteur puisse tenir ce genre de théorie fumeuse. Le pire, c’est que grâce à un vide juridique, il exerce la médecine complémentaire dans le canton de Vaud, y compris auprès de mineurs, sans avoir besoin d’autorisation», s’indigne Mehdi Künzle, président de Vogay, association vaudoise pour la diversité sexuelle et de genre.

L’homéopathe ne comprend pas la polémique. «Je respecte tous mes patients, quelle que soit leur orientation sexuelle, assure le Dr H. Et je n’ai jamais dit que l’homosexualité était une maladie qu’il fallait soigner. Je soutiens juste que c’est un symptôme comportemental, comme le sont également la fragilité ou la sensibilité, et que l’homéopathie peut aider à corriger ces modes de fonctionnement.»

* Nom connu de la rédaction