Vaud

17 janvier 2019 09:01; Act: 17.01.2019 10:03 Print

Se mutiler l'anus ne l'a pas empêché d'être condamné

par Christian Humbert - Un jeune Indien avait voulu faire croire qu'il était victime d'une agression. Mais c'est bien lui qui a écopé de 3 ans de prison après avoir frappé et fait subir divers sévices à une Marocaine, en 2017.

storybild

L'homme n'avait pas hésité à se planter un couteau dans l'anus pour faire croire qu'il était la victime. (Photo: iStock)

Sur ce sujet
Une faute?

Le stratagème d’un étudiant indien n’a pas résisté à l’enquête. En novembre 2017, alors qu’il s’en prenait violemment à une prostituée dans un appartement de Montreux (VD), les voisins avaient alerté la police. Le jeune homme de 23 ans, sous l’emprise de la coke, s’était alors mutilé en se plantant un couteau de cuisine dans l’anus, pour faire croire que c’était lui qui avait été agressé par la Marocaine.

Détenu depuis les faits, le prévenu a été condamné en procédure simplifiée par le Tribunal correctionnel de Vevey, qui a retenu le viol. Car si la soirée avait débuté par une relation tarifée consentie, l’étudiant a dérapé lorsqu’il a été prié de quitter le logement. Il a attaqué sa victime par-derrière, la poussant sur le lit en l’insultant et en la giflant. Il lui a ensuite attaché les mains dans le dos avec un câble et a essayé plusieurs fois d’abuser d’elle, avant d’utiliser sa main, puis un objet, pour la pénétrer. La prostituée a encore été forcée à une fellation et a de nouveau été frappée.

Peine et retrait de plainte négociés

L’étudiant a accepté sa condamnation préalablement négociée avec le procureur (lire encadré), soit 3 ans de prison, dont 18 mois ferme, et fera l’objet d’une expulsion de 10 ans au terme de sa peine. Il devra aussi rembourser 41'000 francs de frais et payer une amende de 300 francs.

La victime n’a pas assisté à l’audience. Elle a retiré sa plainte après avoir reçu une indemnité de plusieurs milliers de francs.