Vaud

14 octobre 2019 22:07; Act: 15.10.2019 07:01 Print

Ses mensonges le privent d'une libération provisoire

par Christian Humbert - Un jeune voleur n'a pas réussi à convaincre les juges qu'il se tiendrait à carreau en attendant son procès. Il reste en prison.

storybild

Le jeune homme aurait commis une vingtaine de cambriolages. (Photo: iStock/Image prétexte)

Une faute?

Il n’a que 20 ans, mais son «palmarès» est digne d’un pro de la délinquance. Arrivé en Suisse à l’âge de 8 ans, ce Portugais est détenu depuis un an, dans l’attente de son procès. Il est soupçonné d’avoir commis une bonne vingtaine de cambriolages dans tout le canton de Vaud. Des délits qui pourraient lui valoir l’expulsion.

Ses multiples demandes de libération se sont jusqu’ici heurtées au refus des juges cantonaux, qui craignent que le prévenu ne cherche à fuir. Déjà condamné quatre fois en deux ans pour des larcins allant du vol au brigandage, il affirme avoir désormais pris conscience de la nécessité de changer.

Bobards et sanctions disciplinaires

Mais les magistrats doutent de la sincérité du garçon, y compris lorsqu’il clame vouloir travailler. Il faut dire que le Portugais manie les bobards avec aisance. Pour expliquer la présence de son ADN sur le lieu d’un cambriolage, il a par exemple raconté avoir prêté ses habits à un comparse. Il a aussi mis en cause la crédibilité de son coprévenu, dont les déclarations l’impliquaient.

D'autre part, lors d’une perquisition chez lui, il a tenté de fuir en passant par le balcon. Et en prison, il s’en est pris physiquement à un éducateur. Cette agression et d’autres écarts de comportement lui ont valu des sanctions disciplinaires.

Compte tenu de tous ces éléments ainsi que de la peine de plusieurs années de prison ferme encourue par le jeune recourant, le Tribunal cantonal vient une nouvelle fois de décider de le laisser derrière les barreaux.