Fausses offres d'emploi

02 mars 2011 11:34; Act: 02.03.2011 11:50 Print

Tester une agence de fonds? Une arnaque!

Des annonces en anglais, parues dans des quotidiens vaudois et alémaniques, étaient en fait une arnaque. La police vaudoise met en garde.

storybild

Une arnaque à l'emploi sévit dans les colonnes de journaux suisses. (Photo: Keystone)

Une faute?

La Police cantonale vaudoise met en garde à propos d'offres d'emploi invitant à tester des agences de transferts de fonds. Parues en anglais dans des quotidiens vaudois et alémaniques sous le titre de Mystery Shopper is needed, ces annonces ne sont rien d'autre que des appâts pour personnes crédules.

«Devenez Mystery Shopper (client mystérieux) dès aujourd'hui et gagnez entre 320 et 450 francs par semaine». Cette annonce d'offre d'emploi est parue, en anglais, ces dernières semaines dans des quotidiens tels «Le Temps», la «NZZ» et «La Côte». Le lecteur intéressé est invité à contacter, par mail uniquement, un certain Larry A. Green. Celui-ci va expliquer à son futur pigeon que le travail consiste à tester certaines agences de transferts de fonds.

Pour ce faire, et afin de se rendre crédible, le prétendu employeur avancera à son interlocuteur un premier montant de quelques milliers de francs sous la forme d'un chèque. Mais celui-ci s'avérera faux. Le chercheur d'emploi aura aussi été invité par Larry A. Green - qui peut porter tout autre patronyme - à lui confier ses coordonnées, bancaires principalement. Il prétendra en avoir besoin pour lui faire parvenir le chèque en bois promis.

Mise en garde

Crédule, le mystérieux client va virer à l'étranger ses premiers montants via l'agence de transfert de fonds prétendument à tester. Ceci au nom d'une personne qui n'est autre qu'un complice de Larry A.Green. La boucle est ainsi bouclée et le client mystérieux devenu demandeur d'emploi escroqué en est pour ses frais.

Comme souvent dans ces cas, par amour-propre ou craignant des ennuis parce qu'il a tenté de trouver une activité non déclarée, le demandeur d'emploi hésite à déposer plainte.

Dans tous les cas les enquêteurs chargés de ce dossier rappellent qu'il ne faut jamais donner ses coordonnées bancaires à des personnes non-identifiées. Cette recommandation vaut pour toutes les autres opérations douteuses qui ont Internet pour vecteur.

(comm)