Prilly (VD)

17 juillet 2019 16:28; Act: 17.07.2019 16:44 Print

Un braqueur s'empare de la caisse, pistolet au poing

Lundi soir, un malfrat a menacé d'une arme la caissière d'une épicerie, pour qu'elle lui remette la recette du jour. Mercredi, elle était encore sous le choc.

Sur ce sujet
Une faute?

«Je n'avais jamais eu aussi peur de toute ma vie», affirme Ariane*, propriétaire d'une petite épicerie de quartier, à Prilly (VD). Lundi soir, vers 21h20, un jeune homme est entré dans son établissement, qui ferme à 22h. Il a pris une boisson et demandé un paquet de cigarettes. Mais, au moment de payer, il a fait mine de n'avoir pas d'argent sur lui. «Il est alors ressorti du magasin pour aller en chercher. Mais c'est avec un pistolet qu'il est revenu», explique Ariane.

Le braqueur a pointé son arme directement sur la femme de 36 ans et lui a demandé le contenu de la caisse. «Quand j'ai vu qu'il ôtait le cran de sécurité, j'étais persuadée qu'il allait me tuer. De plus, il répétait sans cesse, en anglais: «L'argent, l'argent, donne-moi l'argent.» Alors je lui ai tout donné, en espérant qu'il décide de m'épargner. Finalement, il a tout mis dans ses poches et il est parti précipitamment», raconte Ariane d'une voix tremblante.

Personne pour la remplacer

La scène ne dure que quelques secondes, mais chacune d'elles est gravée au fer rouge dans la mémoire d'Ariane. «Je suis encore terrorisée par ce qui s'est passé», dit-elle. C'est d'ailleurs pleine d'hésitations qu'elle a rouvert mercredi son magasin. «Malheureusement, je n'ai personne pour me remplacer.»

Le braquage a été filmé par l'une des cinq caméras de l'épicerie. «J'ai déjà été cambriolée deux fois, dont la dernière remonte à moins d'une année. Mais c'était après la fermeture du magasin. Toutefois, c'est ça qui m'a poussée à faire installer un système de vidéosurveillance.» Les images ont ainsi pu être transmises à la police.

Cette dernière est intervenue le soir-même, engageant un important dispositif de recherches, y compris une patrouille canine. «Un individu a menacé la caissière d'un commerce avec une arme à feu... vraie ou factice, nous n'avons pas de renseignement à ce sujet. Les recherches, dont des opérations de contrôle dans les environs, n'ont pas encore permis de retrouver l'auteur», explique un porte-parole de la gendarmerie.


Les piétons comme les véhicules étaient systématiquement contrôlés, lundi soir, notamment à l'avenue de Morges et du côté de la Maladière.

*Prénom d'emprunt

(xfz)